Congo-Kinshasa: Mort mystérieuse du Juge-Président Raphaël Yanyi - Les magistrats veulent voir clair !

*Le décès mystérieux du juge Raphaël Yanyi Ovungu, juge au Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe, qui présidait, depuis le début, le procès dans lequel comparaissent Jammal Samih, Vital Kamerhe et Jeannot Muhima, ainsi que les circonstances qui l'ont entouré ne cessent de susciter des réactions et questionnements. Tel a été le cas du Parquet de Grande Instance de Kinshasa/Gombe qui, par le biais du Premier Substitut du Procureur de la République, Emile Ndjale Wemambolo, exige une autopsie.

Dans une réquisition à médecin du Parquet de Grande Instance de Kinshasa/Gombe du mercredi 27 mai, le 1er Substitut du Procureur de la République s'est adressé promptement au Médecin-légiste de l'Hôpital Général de Référence de Kinshasa (ex-Mama Yemo) pour requérir son expertise aux fins d'examiner le corps et d'en déterminer les causes réelles du décès suspect si pas mystérieux du juge-président Yanyi au moyen d'un examen approprié, et ensuite en faire un rapport.

La famille biologique du défunt dont le ventre et les doigts s'étaient gonflés entreprend aussi la même démarche. Au-delà des devoirs qui incombent au médecin-légiste, tels que repris dans le réquisitoire de l'officier du Ministère Public, Emile Ndjale Wemambolo saisi en ampliation le Médecin directeur de l'Hôpital Général Militaire du Camp Kokolo, où se trouve conservée la dépouille mortelle du juge Raphaël Yanyi Ovungu, de « veiller à ce que le corps ne soit pas levé ni manipulé par des mains inexpertes jusqu'à l'exécution du devoir requis », peut-on lire dans la réquisition à médecin.

A en croire des sources familiales, le juge Raphaël Yanyi aurait piqué une crise à la maison vers 23 heures, dans la nuit du mardi 26 au mercredi 27 mai 2020, avant d'être conduit au centre hospitalier Nganda, où il trouvera la mort vers une heure du matin. Contrairement aux rumeurs qui se sont répandues dans les réseaux sociaux, un proche cousin de l'illustre disparu aurait démenti toutes les allégations allant dans le sens d'un quelconque assassinat.

Quoiqu'il en soit, le procès 100 jours dont la troisième audience foraine est fixée au mercredi 3 juin prochain se poursuivra avec un autre juge-président.

REQUISITION

A interprète, traducteurs, Experts, Médecin

L'an deux mil vingt le vingt septième jour du mois de mai :

Nous, NDJALE WEMAMBOLO Emile, officier du Ministère Public près le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe.

Nous trouvant à notre cabinet à KINSHASA/GOMBE ;

Vu l'instruction ouverte sous RMP 1.484/Pr021/NDE ;

Vu les articles 48 à 52 du code de Procédure Pénale ;

Attendu que l'accomplissement des devoirs ci-dessous prescrits est indispensable à la manifestation de la vérité ;

Requérons monsieur le médecin légiste de l'hôpital Général de référence de KINSHASA à KINSHASA aux fins de nous prêter son ministère et nous lui donnons pour mission :

FAITS ET RETROACTES :

Une information judiciaire est ouverte en notre office de suite du décès du juge Raphaël YANYI OVUNGU du Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe survenu ce 27 Mai 2020 aux environs d'une heure du matin, consécutif à un malaise alors qu'il était conduit au Centre hospitalier NGANDA pour des soins appropriés, le pire y est arrivé, qu'il y a lieu de requérir votre expertise aux fins d'examiner le corps et d'en déterminer les causes au moyen de l'examen approprié et faire rapport.

DEVOIRS :

Examiner le corps du feu Raphaël YANYI OVUNGU, conserver actuellement à la morgue de l'Hôpital Général Militaire du Camp KOKOLO et nous déterminer les causes du décès ;

Au Médecin directeur de l'Hôpital Général Militaire du Camp KOKOLO, ampliateur de celle-ci, de veiller à ce que le corps ne soit pas levé ni manipulé par des mains inexpertes jusqu'à l'exécution du devoir requis ;

Y accorder le bénéfice de l'urgence et nous faire le rapport.

Fait à Kinshasa, le 27/05/2020

L'officier du Ministère Public

NDJALE WEMAMBOLO Emile

1er Substitut du Procureur de la République

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.