Afrique: Les innovateurs africains se joignent à la lutte contre le COVID-19

Brazzaville — Par un matin couvert à la périphérie de la ville kenyane de Kisumu, perchée au bord du lac Victoria, une file d'usagers reçoit une giclée de désinfectant pour les mains avant de monter à bord d'un minibus-taxi, connu localement sous le nom de matatu, pour se rendre en ville.

Dès qu'ils ont pris place, ils sortent leur téléphone, inscrivent leurs coordonnées sur une liste de passagers et effectuent un paiement sans espèces pour leur voyage, le tout via une application gratuite appelée mSafari. Cette nouvelle innovation, lancée fin mars, fournit au ministère kenyan de la Santé des données cruciales pour la recherche des contacts, alors que le pays s'efforce de freiner la propagation du COVID-19.

« Le virus ne se déplace pas, les gens se déplacent », a déclaré Ronald Osumba, un entrepreneur kenyan dont l'entreprise iGovAfrica a créé mSafari. « La majorité des habitants de nos villes utilisent les transports publics tous les jours, c'est donc essentiel pour contenir la propagation du virus. Les gens ont été étonnés de voir à quel point notre idée est simple, mais aussi de voir l'impact qu'elle peut avoir ».

Dans toute la Région africaine, les innovateurs locaux ont pris des mesures décisives pour combler les lacunes critiques dans la réponse à la pandémie, souvent dans des contextes où les services de santé traditionnels sont sollicités à l'extrême et où une approche multisectorielle est donc particulièrement importante.

« L'Afrique présente des défis particuliers qui nous ont toujours obligés à innover », a déclaré Osumba. « Je crois que notre capacité en tant qu'Africains à sortir des sentiers battus peut vraiment porter ses fruits dans la lutte contre le COVID-19 ».

Depuis la détection du premier cas du virus en Afrique subsaharienne il y a exactement trois mois, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a cherché à encourager une collaboration étroite avec un vaste réseau d'innovateurs régionaux et à soutenir leurs solutions pionnières pour aider à contenir le virus dans les milieux à faibles ressources.

L'Organisation a tenu son premier "Hackathon" début avril, qui a chargé des groupes de participants d'élaborer des concepts évolutifs alignés sur l'un des huit piliers de la stratégie actuelle de réponse de l'OMS au COVID-19 : coordination, surveillance, communication des risques et engagement communautaire, points d'entrée, laboratoires, prévention et contrôle des infections, gestion des cas et continuité des services de santé essentiels, et soutien opérationnel et logistique. Les trois groupes les mieux classés ont reçu un financement de démarrage pour commencer à mettre en œuvre leurs innovations.

La semaine dernière, l'OMS a également animé la première d'une série de sessions virtuelles destinées aux innovateurs de toute la Région, afin de présenter des solutions locales qui ont déjà été mises en œuvre dans leurs pays respectifs et qui ont un potentiel important pour être étendues à toute la Région. Osumba de mSafari était parmi les huit innovateurs à présenter lors de la première vitrine.

« L'innovation devrait faire partie intégrante de notre façon de faire en tant qu'organisation. Je pense que la création de ce type de plateformes montre la pertinence de l'OMS pour aider à fournir des solutions pratiques et contextuelles », a déclaré Dr Moredreck Chibi, conseiller régional de l'OMS pour l'innovation.

Dr Ola Brown, fondatrice de la société nigériane Flying Doctors, a également fait une présentation lors de la première session d'innovation virtuelle. Basée à Lagos, Dr Brown a remarqué qu'il y avait un certain nombre de problèmes concernant les tests dans un pays à forte densité de population qui a connu un nombre inquiétant d'infections parmi son personnel de santé de première ligne.

Dans le but de réduire l'utilisation des fonds déjà limités du secteur de la santé pour l'achat d'équipements de protection individuelle (EPI) coûteux et souvent rares, tout en réduisant le risque d'infection pour les travailleurs de la santé, Flying Doctors a déployé à ce jour 12 cabines de test mobiles à bas prix dans cinq États du Nigéria.

« Nous avons déjà si peu de travailleurs de la santé dans le pays, il est donc extrêmement important de les protéger contre l'infection », a déclaré Dr Brown. « Il n'y a pas de contact direct entre le travailleur de la santé dans la cabine et ceux à qui l'on administre le test à l'extérieur. Entre les tests, un hygiéniste désinfecte simplement les gants résistants, puis vous pouvez passer au test suivant. Vous n'avez donc pas besoin de continuer à fournir de nouveaux EPI et le travailleur de la santé reste en sécurité », a-t-elle ajouté.

Dans une cabine d'essai mobile de l'État d'Ogun, dans le sud-ouest du Nigéria, Deji Sofoluke, un jeune scientifique de laboratoire médical, a déclaré qu'il pouvait désormais effectuer plus de tests en quelques heures à la cabine mobile qu'il ne pouvait le faire auparavant en une journée entière de visites à domicile. « C'est plus rapide, plus facile, plus sûr et cela utilise moins de ressources. Cela devrait être étendu à toute la région », a ajouté Sofoluke.

Au Ghana voisin, Laud Basing, un entrepreneur local ayant une formation en microbiologie et en génie biomédical, a dirigé une équipe de scientifiques médicaux en collaboration avec l'Université Kwame Nkrumah des sciences et technologies pour développer un Test de Diagnostic Rapide (TDR) peu coûteux et facile à produire pour le COVID 19.

Selon Dr Basing, ce nouveau test d'anticorps, qui donne des résultats en 10 à 15 minutes, sera crucial pour suivre le virus alors que les pays de la Région, dont le Ghana, commencent à assouplir leurs mesures de confinement et à rouvrir progressivement leur société. « Alors que d'autres tests donneront des résultats négatifs pour ceux qui ont déjà eu le virus et se sont rétablis, notre test révèle ceux qui ont déjà été infectés et ont développé des anticorps, ce qui facilitera la surveillance car nous pourrons voir l'étendue totale de l'exposition dans différentes zones ».

Comme Osumba et Dr Brown, Dr Basing a également présenté son TDR lors de la première vitrine virtuelle d'innovation de l'OMS la semaine dernière. Il a travaillé simultanément sur une plateforme mobile de dépistage au niveau communautaire qui a été initialement développée dans le cadre du Hackathon de l'OMS et a fait partie des trois projets qui ont reçu un financement de démarrage de la part de l'Organisation.

« Il y a tellement d'idées brillantes qui viennent d'Afrique et une organisation comme l'OMS peut vraiment aider nos innovateurs à briller et les encourager à continuer », a déclaré M. Basing.

« L'innovation est ce qui va transformer l'espace de santé en Afrique ».

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.