Nigeria: Deux morts dans l'incendie d'un camp de déplacés, le HCR vient en aide à des milliers de sans-abri

29 Mai 2020

L'Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et ses partenaires humanitaires renforcent leur aide à près de 4.000 personnes déplacées dans le nord-est du Nigéria qui ont perdu tous leurs biens dans l'incendie qui a détruit leur camp à Maiduguri, dans l'est de l'État de Borno.

« L'incendie a fait deux morts et des centaines de familles ont vu leurs abris détruits », a déclaré vendredi Shabia Mantoo, porte-parole du HCR, lors d'un point de presse virtuel depuis Genève.

Selon le HCR, l'incendie s'est déclaré la veille de la fête musulmane de l'Aïd-el-Fitr, qui célèbre la fin du Ramadan. Le feu, dans ce camp de fortune accueillant quelque 40.000 personnes déplacées internes, a commencé après que des étincelles provenant d'un foyer de cuisson se soient propagées.

Les flammes ont par la suite rapidement englouti les abris tout autour du camp. « Les maisons ont été rasées et d'autres installations endommagées », a ajouté Mme Mantoo, précisant que la majorité des personnes touchées étaient des femmes.

Au cours des derniers mois, plusieurs incendies se sont produits dans des camps de déplacés encombrés du nord-est du Nigeria, où les abris sont trop proches les uns des autres pour être sûrs.

Selon l'agence onusienne, près de 300.000 personnes déplacées sont disséminées sur des sites organisés et des camps de fortune à Maiduguri, la capitale de l'État de Borno, et dans ses environs.

Portail sur le coronavirus et mises à jour

Les lecteurs peuvent trouver des informations et des conseils sur le nouveau coronavirus (2019-nCoV) fournis par l'Organisation mondiale de la santé et les agences des Nations Unies ici. Pour les nouvelles quotidiennes d'ONU Info, cliquez ici.

La menace de la Covid-19 sur les camps de déplacés surpeuplés

Sur le terrain, le HCR travaille avec les autorités nigérianes et des partenaires locaux pour s'assurer que les personnes touchées reçoivent des abris et d'autres articles de secours alors qu'elle sont à nouveau déplacés à l'intérieur et à l'extérieur du camp.

« Beaucoup, y compris de jeunes enfants, vivent à ciel ouvert et ont besoin d'une aide immédiate en matière d'abris, de nourriture et de vêtements », a affirmé Mme Mantoo.

Par ailleurs, avec l'augmentation de la violence, la Covid-19 constitue une nouvelle menace pour les déplacés internes vivant dans les camps surpeuplés et dans des installations où la distanciation sociale est impossible.

En réponse, le HCR travaille avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) pour agrandir plusieurs camps et construire des abris supplémentaires.

Au total, quelque 2,5 millions de personnes sont déplacées dans la région du lac Tchad, dont environ 1,8 million au Nigéria et le reste au Cameroun et au Tchad.

Avec la violence incessante perpétrée par Boko Haram et d'autres groupes armés, des milliers d'autres personnes de la région sont contraintes chaque jour de fuir pour sauver leur vie.

Les jeunes filles, les femmes âgées et les travailleurs humanitaires continuent à être les premières victimes de cette violence croissante.

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.