Burkina Faso: lobspaalga.com - Le nouveau bébé du «doyen»

Depuis hier jeudi 28 mai 2020, L'Observateur paalga a un nouveau bébé sur la toile : il s'appelle lobspaalga.com. Ce journal en ligne, dont le contenu est indépendant de celui imprimé dans les colonnes de L'Observateur paalga, entend investir l'espace numérique et, à flux tendu, offrir aux internautes des informations au format multimédia dans un savant dosage de texte, de son et d'images.

Pour son 47e anniversaire, car il a été créé le 28 mai 1973, L'Observateur paalga s'est offert un nouveau bébé : en effet, hier 28 mai 2020, il a mis sur orbite un journal en ligne dénommé lobspaalga.com, accessible en tapant www.lobspaalga.com.

Ousséni Ilboudo est le Directeur de publication de ce nouveau journal. Il a déclaré que l'idée de la conception de ce "nourrisson" trottait déjà dans la tête des responsables de L'Observateur depuis un certain temps. Cela fait en réalité deux voire trois ans que le journal a opté d'opérer ce virage digital.

Mais pour diverses raisons, ce tournant n'avait pas été amorcé. «Maintenant le projet a suffisamment mûri, et nous le lançons aux côtés de ceux qui ont déjà fait œuvre de pionnier dans le domaine du journalisme en ligne», a expliqué le DP, pour qui il n'y avait pas de date aussi symbolique que celle du 28 mai pour ce faire ; puisqu'à cette même date, la "maison mère", elle-même voyait le jour, il y a 47 ans.

A l'écouter, cela sonne comme une continuité de ce qui a été entrepris depuis près d'un demi-siècle par le doyen de la presse privée burkinabè.

Néanmoins, même si ce "bambin" est issu de son géniteur, le journal papier, il entend, dès ses premières heures de vie, s'émanciper de manière précoce. «Il est vrai qu'étant un journal en continu, il y aura certainement des sujets que les deux éditions vont partager, mais même s'il s'agit du même sujet, l'équipe s'efforcera de les traiter sous des angles différents ; ensuite, nous voulons véritablement donner une grande place au multimédia.

Nous pensons qu'il y a encore du travail à faire dans ce sens, il y a encore un champ plus ou moins vierge à défricher. Cela veut dire qu'à l'écrit il sera associé du son et de l'image pour répondre aux normes du multimédia intégral comme une option qui s'impose de plus en plus ; d'où la nécessité de fournir beaucoup d'efforts et de sacrifices afin d'atteindre cet objectif», a expliqué le "tuteur" de lobspaalga.com, tout en précisant que la petite équipe "de rédacteurs" avec l'appui de l'ensemble de la rédaction du journal papier va tout donner pour relever ce nouveau défi.

Le petit noyau dur

Un peu plus tôt dans la matinée, le Directeur de publication de L'Observateur paalga, Edouard Ouédraogo, a visité les installations du journal numérique.

Lui qui se dit analphabète en la matière a vu comment va fonctionner concrètement le site et ce que sera son contenu. Il n'a pas manqué d'encourager les membres du "petit noyau dur" qui va guider cet "enfant'.

Il est fort d'une douzaine de personnes composées d'informaticiens, d'agents commerciaux et de webjournalistes comme San Evariste Barro, Harold Alex Kaboré, Boris Zonou, Zalissa Soré et Bernard Kaboré.

Sans être prétentieux, Bernard Kaboré a déclaré qu'il est suffisamment aguerri pour relever ce nouveau défi : «Nous avons reçu une formation.

Nous avons découvert de nouveaux outils, d'autres procédés de travail qui demandent plus de rapidité et d'instantanéité. Et nous pensons qu'avec les connaissances de base qu'on a déjà dans le métier, il n'y aura pas de difficultés majeures».

Ce qu'on souhaite à lobspaalga.com est qu'il marche lentement mais sûrement, respire la pleine forme et vive centenaire.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.