Sénégal: El Hadji Mansour Samb - «La relance va se faire à partir des banques»

L'économiste et chercheur El Hadji Mansour Samb, est persuadé pour sa part que la relance va se faire à partir des banques.

« Une entreprise ne peut pas fonctionner sans financement et les financements se trouvent au niveau des banques. Aujourd'hui partout dans le monde, ce sont les banques qui soutiennent les entreprises. Aux Etats-Unis, c'est la Banque centrale américaine.

En France, c'est la Banque centrale européenne qui est en train de mobiliser des milliards et des milliards pour aider à relancer les entreprises », a-t-il soutenu. Il rappelle par ailleurs que l'Etat a, par l'intermédiaire des banques, mis en place une caution pour permettre aux entreprises de pouvoir bénéficier des crédits.

Il y a aussi, poursuit-il, des moratoires sur le paiement des impôts avec la suspension du paiement des impôts pendant 3 mois ainsi que la remise de la dette fiscale qui va jusqu'au 31 décembre 2020. Pour lui, l'Etat a fait tout cela pour permettre aux entreprises de garder de l'argent dans leur trésorerie.

Toutefois, l'économiste déplore le fait qu'au Sénégal, les banques ne participent pas au financement de l'économie. « Pour 5 francs investis dans l'économie, la banque ne participe qu'à hauteur de 2 francs au Sénégal. Parce que les banques ont beaucoup d'exigences que les entreprises doivent respecter pour arriver au crédit », indique M Samb.

Dans la foulée, il relève que pendant 7 ans, le Sénégal n'a pas eu un vrai tissu économique local capable de stimuler l'économie. Parce que, a-t-il dit, tous les marchés étaient pris par les entreprises étrangères.

«Maintenant que la Covid-19 vient «massacrer» les entreprises, qu'on dise aux entreprises d'aller vers les banques va causer beaucoup de problèmes dans ce pays. La Covid-19 a trouvé les entreprises très malades, parce que les entreprises locales n'ont jamais été une préoccupation pour l'Etat dans la phase 1 du Pse.

Le tissu économique sénégalais est composé de 95% de Pme et toutes les études qui ont été faites ont montré que les Pme étaient dans un état lamentable », a-t-il dénoncé. Selon l'économiste, si la dette publique est annulée, l'Etat pourrait faire de l'investissement public.

«POUR QU'IL Y AIT RELANCE BUDGETAIRE, IL FAUT QUE LA DETTE SOIT ANNULEE »

« Il manque de l'argent à l'Etat du Sénégal. En ce moment, il manque de l'argent aux entreprises. C'est pour cela que le Président Macky Sall veut qu'on annule la dette publique. Si la dette est annulée, l'Etat pourra avoir beaucoup d'argent pour investir dans l'économie à travers des chantiers, des routes et des écoles afin vraiment de relancer les entreprises locales. Il y a que la relance budgétaire que l'Etat peut faire.

Et pour qu'il y ait relance budgétaire, il faut que la dette soit annulée », a-t-il laissé entendre. A l'en croire, avec les 1000 milliards du fonds «Force Covid-19», l'Etat s'est endetté à plus de 600 milliards.

« On était à une dette de plus de 60%. Avec les 600 milliards de Covid-19, après la crise, le Sénégal sera à 80% de taux d'endettement.

On sera à un niveau d'endettement surélevé. Ce qui va casser tous les agrégats économiques. Avant d'en arriver là, il faut une annulation de la dette pour un peu d'oxygène », suggère-t-il en conclusion.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.