Seychelles: Payez ce que vous consommez, les Seychelles vont introduire la facturation téléphonique à la seconde

Un haut responsable du gouvernement est en train de rédiger un règlement visant à garantir que les utilisateurs mobiles aux Seychelles soient facturés pour la durée réelle d'un appel.

"Actuellement, les opérateurs facturent les appels des utilisateurs mobiles par minute même si un appel dure quelques secondes. Un appel prépayé est presque SCR4 en moyenne par minute, bien qu'il existe des variations selon le forfait et si c'est pendant les heures de pointe ou non, "a déclaré Benjamin Choppy, le secrétaire principal du Département des technologies de l'information et de la communication.

Il a expliqué que bien que son bureau n'ait pas enregistré un grand nombre de plaintes des utilisateurs, le gouvernement souhaitait un règlement alignant les Seychelles sur les autres juridictions internationales.

"Selon les meilleures pratiques internationales, les clients devraient payer pour leur utilisation réelle. Dans la proposition de règlement, les fournisseurs de services seront obligés de facturer par seconde, donc si vous passez un appel de 30 secondes, vous payez pour le 30 secondes réel de l'appel et pas une minute entière ", a déclaré M. Choppy.

Le règlement sur la facturation par seconde fera partie de la loi sur la radiodiffusion et les télécommunications.

À l'heure actuelle, le ministère travaille avec le bureau du procureur général pour rédiger le règlement qui devrait être prêt d'ici la fin juin ou en juillet.

Le secrétaire principal a ajouté que le règlement "entrera probablement en vigueur au début de 2021, car nous devons prendre en considération les opérateurs, qui devront effectuer certains travaux de leur côté".

Il n'y a que deux sociétés fournissant des services mobiles aux Seychelles, un archipel dans l'ouest de l'océan Indien, à savoir Cable and Wireless Seychelles et Airtel Seychelles.

Le responsable juridique, réglementaire, de l'audit interne et de la conformité chez Airtel, Erol Sophola, a déclaré à la SNA que "pour le moment, la société attend une communication officielle sur le sujet de la part du régulateur ainsi que le règlement proposé à être gazetté".

Il a déclaré: "Ces communications officielles fourniront des détails sur le moment et la manière dont la facturation à la seconde sera mise en œuvre. Ce n'est qu'à ce moment-là que nous pourrons apprécier les implications possibles de la réglementation sur les entreprises et les clients".

"Néanmoins, Airtel respectera ses obligations légales et reste déterminée à servir les meilleurs intérêts du peuple et du pays", a ajouté M. Sophola.

La responsable des relations publiques de Cable and Wireless Seychelles, Bella Damou, a déclaré que la consultation des partenaires locaux est un pas dans la bonne direction pour avoir une législation qui reflète l'environnement local et respecte les meilleures pratiques.

"Cependant, Cable and Wireless Seychelles ne sait pas quel processus DICT a utilisé pour obtenir les opinions et les commentaires des parties prenantes qui ne sont pas des fournisseurs de services", a-t-elle ajouté.

La nouvelle réglementation n'affectera pas la manière dont les services fixes sont facturés.

"Nos spécialistes ont analysé qu'avec une ligne fixe, les prix sont beaucoup plus bas même si un client est facturé pour trois minutes. Nous n'avons pas reçu beaucoup de plaintes de la part des utilisateurs de la ligne fixe et selon les meilleures pratiques internationales, nous ne voyons pas la facturation par seconde pour les lignes fixes ", a déclaré M. Choppy.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.