Afrique: Suspension de l'hydrochloroquine dans le traitement de COVID-19 - Le Sénégal dit non, l'Afrique résiste à l'OMS

La bataille pour le maintien de l'hydroquinone dans le traitement des personnes atteintes de coronavirus s'intensifie après la sortie de l'Organisation mondiale de la santé suspendant les essais avec cette molécule dans ledit traitement.

Si le patron mondial de la santé parle d'inefficacité, des chercheurs ont démontré le contraire. Au Sénégal, la position des autorités sanitaire est claire : «nous allons poursuivre le traitement avec cette molécule».

Au Maroc tout comme en Algérie, ces pays aussi résistent, au même moment deux camps se dessinent en France.

L e Sénégal a décidé de poursuivre le traitement des personnes atteintes de coronavirus, avec l'hydroxy chloroquine, malgré la décision de l'Organisation mondiale de la santé qui a suspendu les essais cliniques.

Le docteur Abdoulaye Bousso du Centre des opérations d'urgences sanitaires (Cous) a donné l'information soutenant que c'est aussi la position des autorités sanitaires.

Au même moment, le professeur Moussa Seydi en charge du traitement des malades de coronavirus balaie d'un revers de la main l'enquête publiée par «The Lancet», la revue britannique qui atteste que la chloroquine est à l'origine de bon nombre de décès.

«Aucun décès au Sénégal n'est lié à la chloroquine depuis le démarrage des essais», a dit le Pr Seydi. Comme pour appuyer la thèse de l'efficacité de cette molécule dans le traitement des malades de Covi-19, le Sénégal dans son point du jour d'hier sur l'évolution de la maladie a annoncé 100 patients guéris.

Au Tchad, au Maroc, en Algérie, le traitement avec cette molécule va se poursuivre. «Les avis divergent. Mais, l'essentiel est que la chloroquine intervient dans l'inactivation virale», a avancé le ministre marocain de la Santé, Khalid Ait Taleb. Et de poursuivre: «sur les 7556 cas de Covid-19 recensés au Maroc à la date du 26 mai dernier, 4841 sont guéris en suivant le protocole à la chloroquine».

LA DECEPTION DES SCIENTIFIQUES

Plusieurs scientifiques se sont par ailleurs opposés à l'étude du Lancet qualifiant même les résultats de «contre-vérité».

En France, le Haut conseil de la santé publique recommande de limiter l'utilisation de l'hydroxychloroquine, au même moment le professeur Didier Raoult continue à prôner l'utilisation de cette molécule.

Selon lui, «l'Oms a déclaré en début mars que le traitement contre la Covid19 était le remdesivir. Or aucune étude ne l'a montré». L'infectiologue de poursuivre : «j'ai regardé très précisément les résultats de cette étude, il y a un problème de saisie de données».

Le professeur Raoult n'a pas manqué de publier aussi l'étude qu'il a réalisée sur les 3737patients traités dans son institut. «Nous avons diagnostiqué 6836 patients dont 3737 patients.

L'âge moyen était de 45 ans et le taux de mortalité était de 0, 9%. Cependant ni mort subite, nitrouble du rythme cardiaque n'ont été à déplorer. Je ne sais pas si ailleurs l'hydroquinone tue, mais ici, elle a sauvé beaucoup de gens».

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.