Ile Maurice: Air Mauritius - Une centaine de chefs de cabine sur le départ

Un premier groupe de 35 chefs de cabine (Flight Pursers) a été convoqué au bureau des ressources humaines d'Air Mauritius (MK) hier, avec, parmi eux, 30 Senior Flight Pursers. Selon une source proche du dossier, ces chefs de cabine - une centaine au total - ont tous complété 33 années et un tiers de service au sein de la compagnie nationale d'aviation.

Ils ont accepté le plan de préretraite proposée par MK, avec une pension complète. «Ils obtiendront une pension calculée sur leurs années de service», affirme-t-on du côté de la direction. Notre source confie que ces chefs de cabine pouvaient travailler jusqu'à l'âge de 65 ans. «Il leur restait 5 à 8 ans pour continuer à faire ce métier.» D'autres chefs de cabine seront convoqués dans les prochains jours.

L'un d'eux a adressé une note de remerciement à ses collègues. «C'était un plaisir de faire des vols avec vous tous. Je vous remercie pour l'esprit d'équipe formidable que nous avons partagé ensemble sur chaque vol.» S'il affirme que pendant sa carrière il a fait son travail avec «passion et amour», il soutient qu'il ne s'attendait pas que l'aventure s'arrête «si abruptement». C'est à partir du 1er août qu'il sera officiellement en retraite, avec tous les bénéfices qui lui reviennent.

Par ailleurs, du côté des cadres, d'autres têtes sont tombées. Il s'agit d'Alain Leung Hing Wah, Executive Vice President (EVP) Flight Operations, et de Raj Deenanath, EVP Sales Support & Distribution. Ils font partie de la liste d'autres EVP sur le départ, avec Raja Buton, Officer in Charge de MK, Donald Payen, EVP Customer Experiences, Ground and In-Flight Services, Vijay Seetul, EVP Finance, Mike Seetaramadoo, General Manager en Chine et ancien EVP General Cargo and Human Resource. Un ancien cadre explique que Vijay Seetul et Raj Deenanath devaient prendre leur retraite en novembre.

Selon une source proche du dossier, un EVP aurait offert sa démission aux administrateurs qui l'auraient refusée. Interrogés, ces derniers expliquent qu'ils auraient besoin «de sa précieuse collaboration» dans le processus enclenché par la compagnie aérienne pour réduire son personnel. Une source au Paille-en-queue Court indique que des irrégularités auraient été notées et c'est pour cela que les EVPs partent sans aucune compensation.

Cependant, un ancien cadre explique que, selon la loi, concernant la pension, un employé ayant complété 33 années et un tiers de service à droit à deux tiers de son dernier salaire. «S'ils choisissent de partir avec une pension réduite, ils auront au minimum Rs 150 00 à Rs 200 000 par mois.» Il se demande comment donc combler le déficit du plan de pension...

Airmate : Des «cabin crew» sommés de retourner des allocations

Des «cabin crew» d'Airmate reçoivent des appels pour retourner les «Overseas Duty Allowances» payées en avance par la compagnie, qui est une filiale d'Air Mauritius. Ces employés sont sommés de retourner Rs 64 000 au plus vite à MK. Cet argent est payé en avance à tout le personnel de cabine d'Airmate, au cas où ils seraient amenés à effectuer des vols en urgence. Les employés dont les contrats sont arrivés à terme doivent retourner cet argent. Un certain nombre ont déjà signifié leur intention de ne pas obtempérer. Il nous revient que ces indemnités de service seront bientôt payées au personnel navigant employé par Air Mauritius et que ce sera une somme moins importante qu'auparavant. Si l'information n'a pu être confirmée auprès des administrateurs, Reeaz Chuttoo, de la Confédération des travailleurs du secteur privé et public, explique que le syndicat est en négociation avec le ministère du Travail afin d'ouvrir une enquête sur le sujet. «Ce sont des employés qui ont complété un an et demi de travail et d'après la Workers Rights Act, ils ne peuvent être licenciés.»

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.