Madagascar: Ambolokandrina - Deux morts dans un glissement de terrain

Il fallait recourir à l'usage d'un engin excavateur pour extirper les corps sans vie des deux ouvriers d'une importante construction sise à Ambolokandrina dans le quartier de « Ravitoto », non loin des cités des professeurs. Ils étaient victimes d'un glissement de terrain, hier dans la matinée. Un terrain en pente s'est affaissé dans ce chantier, tuant sur le coup deux personnes. Les perdones sur place ont essayé de les sauver. En vain.

C'était vers 8h40 que nous avons été alertés par les riverains, explique le Lieutenant-colonel Razafimanahaka Tiana, chef de corps des sapeurs pompiers de la Capitale. Deux véhicules dont un ambulance ont été rapidement dépêchés sur le lieu du drame. Arrivés sur terrain, il n'a fallu que quelques minutes aux sauveteurs pour localiser l'un des malheureux pris au piège dans les décombres. Mais au moment où les pompiers s'affairaient à le sauver, une autre partie du terrain s'est affaissée à son tour, rendant l'intervention encore plus difficile et périlleuse.

Heureusement, aucun blessé n'a été à déplorer dans ce deuxième incident, poursuit ce premier responsable des soldats de feux. « Par la suite, nous avons été contraints de suspendre toute action afin que nos gars puissent mettre un nouveau dispositif de sécurité avant de poursuivre le sauvetage. Par ailleurs, l'on a constaté que les deux victimes se sont encore enfoncés davantage sous des tonnes de terre. Une action impossible à faire, à la seule force des bras de nos gars »,ajoute-t-il. Les pompiers, alors à bout de force dans la déblayage des terres, ont dû faire usage d'un engin excavateur, dans l'espoir encore, de sauver les deux victimes.

Mais le temps leur manquait. Une seule minute perdue peut coûter chère à la vie des deux maçons, et les heures passent. C'était vers 12h40, trois heures après que le tragique accident ait eu lieu, que l'un des deux a été découvert, du moins ce qu'il en restait, un corps sans vie. Une heure après, les sauveteurs ont pu extirper son collègue. Lui aussi est passé de vie à trépas. « Les deux ouvriers, alors âgés de 25 ans et de 45 ans, étaient absorbés dans leur travail, à monter un échafaudage près du talus, lorsque le désastre s'est produit. Ils n'ont pas vu venir l'accident», se désole un de leur compagnon.

Leurs dépouilles ont été acheminées à la morgue de l'hôpital d'Ampefiloha pour subir une autopsie avant d'être remises à leur famille respective.

Comme à l'accoutumée, les éléments des forces de l'ordre ont investi le lieu du drame. Étant donné qu'il y a mort d'homme, ils ont l'obligation de diligenter une enquête, afin d'apporter la lumière sur ce qui s'est passé.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.