Cote d'Ivoire: Infrastructures routières, services météorologiques, mobilité urbaine - L'AFD alloue 113 milliards FCFA à la RCI

L'accord de prêt pour le financement de trois projets, a été signé, jeudi, à l'immeuble Sciam, au Plateau.

La Côte d'Ivoire vient de bénéficier d'un prêt de 173 millions d'euros, soit environ 113,5 milliards de FCfa de la France à travers l'Agence française de développement (Afd), pour le financement de trois projets. Ces projets concernent l'amélioration de la mobilité urbaine à Abidjan, d'un coût d'environ 59 milliards de FCfa ; le renforcement des services météorologiques, pour 18,4 milliards de FCfa et l'achèvement des travaux de construction et de réhabilitation d'infrastructures routières, d'un coût de 36 milliards de FCfa.

Au nom du gouvernement ivoirien, le ministre de l'Economie et des Finances, Adama Coulibaly et l'ambassadeur de France en Côte d'Ivoire, Gilles Huberson, qui conduisait la délégation française, ont signé le 28 mai 2020, les trois conventions de financement desdits projets.

Le diplomate avait à ses côtés le directeur général de l'Afd, Emmanuel Debroise ; le directeur général adjoint de l'Agence, Benoit Verdeau.

La cérémonie de signature qui s'est déroulée au 20e étage de l'immeuble Sciam, au Plateau, en présence des représentants du ministre de l'Equipement et de l'Entretien routier, de celui auprès du Premier ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l'Etat et du ministre des Transports.

Au dire du ministre Adama Coulibaly, les trois projets concernés par les Accords de financements constituent des enjeux majeurs. « Le Projet de mobilité urbaine d'Abidjan vise à améliorer l'accès des populations à des moyens de transports collectifs modernes et sécurisés, à travers la construction d'une ligne Est-Ouest de 20 km entre les communes de Yopougon et Bingerville. Cette ligne sera équipée de Bus articulés électriques (Brt), la professionnalisation du transport artisanal non conventionné, pour en améliorer l'efficacité et la qualité de service. Quant au projet de Renforcement des services de météorologie, (Vigiclimm), il vise essentiellement à l'amélioration des capacités de prévisions par le renforcement du Réseau national d'observations météorologiques », a expliqué le ministre Adama Coulibaly.

Il a, au nom du Premier ministre, exprimé sa gratitude aux autorités françaises à travers l'Afd pour l'appui constant aux actions de développement initiées par le gouvernement ivoirien. L'Ambassadeur Gilles Huberson a, pour sa part, salué l'engagement des autorités ivoiriennes pour la réalisation desdits projets qui permettront, entre autres, de disposer d'infrastructures routières, d'assurer une mobilité rapide des populations et d'améliorer la qualité des informations climatiques en assurant la prévention des inondations.

Jean-Louis Moulot, directeur général de la Sodexam, partie intégrante de la stratégie d'adaptation au changement climatique du gouvernement ivoirien, n'a pas caché sa joie de voir le projet Vigiclimm aboutir. « Ce prêt de plus de 18 milliards de FCfa va renforcer les capacités des services météorologiques nationales, de nos stations synoptiques météorologiques sur l'ensemble du territoire national, les capacités de nos agents et la mise en place d'un centre de maintenance », a fait savoir le directeur général de la Sodexam.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.