Ile Maurice: Prises de court - Le véritable marathon des crèches

Il ne reste plus que trois jours avant la réouverture des crèches. Et mettre en place toute une série de mesures afin de respecter le protocole sanitaire imposé par le ministère de l'Egalité des genres et du bien-être de la famille. Pas si évident et des directeurs d'établissements, dans le privé comme au sein de l'Etat, affirment avoir été pris de court.

«Nous ne sommes pas contre le protocole du ministère, nous faisons simplement comprendre qu'ils auraient dû nous prévenir au minimum une semaine avant», confie une directrice d'établissement. Sans compter que pour la désinfection, entre autres, ils n'ont pas les équipements nécessaires alors que l'accès aux commerces se fait par ordre alphabétique. «Nous avons à prendre des équipements pour le nettoyage et la désinfection des lieux et, en même temps, nous organiser pour que tous nos employés aillent faire le test.»

Mais quelles sont ces mesures imposées par le ministère ? D'abord, le nettoyage complet et la désinfection de l'établissement ainsi que la cour. Un registre devra aussi être tenu pour la prise de température des employés ainsi que celle des enfants toutes les heures, entre autres.

«Ils sont tous conscients que les mesures sanitaires imposées sont pour la sécurité de tous, mais l'investissement dans le matériel de nettoyage, des thermomètres, masques et gants est un problème pour certains d'entre eux», explique Jaya Nursimulu, présidente de l'Association of Private Pre-Primary School Managers. Puis, certains établissements n'ont pas reçu de paiement mensuel des parents durant le confinement et cela les portent préjudice. Une raison pour laquelle, ils n'ont pas les moyens de prendre la quantité de matériels nécessaires. «Ils seront contraints de prendre un prêt auprès de la banque ou d'augmenter le montant du paiement mensuel des parents pour compenser cet investissement», laisse entendre Jaya Nursimulu.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.