Angola: Le tabagisme chez les jeunes

Hugues est un jeune fumeur devenu accros, nous le retrouvons dans une rue de Douala, la capitale économique du Cameroun, cigarette en main. Fumer pour lui est devenu une habitude.

« Au départ, je prenais de la nicotine pour résoudre les soucis, au fil du temps, c'est devenu une envie », a-t-il déclaré.,

D'autres par contre en sont arrivés à fumer par pure imitation ou par souci d'appartenance. Guy Merlin en est le parfait exemple. Il avoue être influencé par un autre effet de mode, la Chicha. « Pour dire vrai le tabac Non, mais j'ai l'habitude de prendre la chicha dans les boites de nuit. Je ne suis pas à l'aise quand je prends cette chicha, mais c'est par mimétisme que je le fais », a-t-il avoué.

Le Cameroun célèbre de concert avec le reste du monde la journée mondiale sans tabac ce 31 mai, avec pour thème principal : « Protéger les jeunes contre les manipulations de l'industrie et les empêcher de consommer du tabac et de la nicotine ».

Un thème qui tombe à pic, en raison de l'omniprésence des drogues en milieu scolarisé, avec des conséquences désastreuses. En témoigne, l'agression récemment d'un jeune enseignant par des élèves sous l'emprise de la drogue.

Une situation qui a poussé le gouvernement à réagir à travers les descentes et sensibilisations dans les espaces jeunes.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.