Cote d'Ivoire: Lutte contre la COVID-19 - Des produits qui peuvent lutter contre le coronavirus.

« Nous ne sommes pas des chercheurs d'une génération spontanée. Nous ne sommes pas en train de nous agiter parce qu'il y a le coronavirus », a déclaré au cours de notre entretien, le 5 mai à son bureau, le Pr Kouamelan Essetchi Paul, Doyen de l'Ufr Biosciences de l'Université Félix Houphouët-Boigny d'Abidjan. Indiquant que dans son département, la recherche est organisée avec l'appui du vice-président en charge de la recherche et de l'innovation, Pr Abdoulaye Sangaré.

C'est ainsi que le pôle de recherche substance naturelle et phytothérapie a spontanément proposé des produits qui peuvent lutter contre le coronavirus. Ils ont été présentés le 20 mars dernier au Dr Albert Mabri Toikeusse, alors ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Il s'agit notamment d'Ivoire Nature Cleaner du Dr Bolou Eric Kevin, un désinfectant rapide des mains sans rinçage et sans essuyage, valable également en milieu hospitalier pour la désinfection chirurgicale.

C'est un mélange d'alcool éthylique, d'eau déonisée et d'extraits de quatre plantes qui ont chacune une action précise. La première est un antifongique, la seconde renferme des molécules antibactériennes, la troisième a des propriétés antivirales et la quatrième est aromatique.

Le second produit, Algikine Tisane, de l'équipe de recherche du Pr Annick Yamousso, est à 100% naturel. Il contient des alcaloïdes dont des dérivées de la quinine. La tisane Tonic Algikine est présentée sous forme de poudre de 100g. En raison des propriétés des plantes qui composent cette tisane, à savoir la stimulation de l'immunité, la lutte antivirale, antibactérienne, antifongique et son caractère antioxydant, elle est recommandée contre une grosse fatigue, après une infection ou une maladie et contre le stress.

Le troisième produit est le Kohi de l'équipe de recherche du Pr Zirihi Guédé Noël. Il a, selon Pr Kouamelan, fait la preuve de son efficacité sur les hépatites virales B et C dans la stimulation des défenses immunitaires, dans la lutte contre le stress oxydant et la drépanocytose. Ce produit est connu en Côte d'ivoire et dans la sous-région ouest africaine depuis une dizaine d'années. « Avec l'avènement du Covid-19, la demande est devenue très forte. Il pourrait être actif sur cette maladie », soutient-il.

Quand les chercheurs ont d'excellents résultats comme ceux-là, leur première réaction est de chercher à les protéger. Les résultats au niveau du laboratoire sont faits. Les propriétés antivirales et antibactériennes ont été vérifiées. « Lorsque nous arrivons à ce stade au niveau des animaux, nous faisons des tests précliniques pour confirmer les résultats que nous avons. A partir du moment où nous devons passer au stade médicaments, pour appliquer à l'homme, il y a d'autres instances qu'il faut approcher », explique Pr Kouamelan.

Et de préciser : « Nous pouvons faire la recherche, mais quand il s'agit d'un événement mondial, où les yeux sont fixés sur les produits qui vont sortir de la recherche, il faut qu'il y ait la main des autorités du pays. Pour qu'ils soient vendus à toute la Côte d'Ivoire et à la sous-région, il faut que le pays d'origine du chercheur l'accompagne ».

Face à cette pandémie, qui a mis à rude épreuve tous les systèmes sanitaires à travers le monde, le Pr Kouamelan et ses pairs estiment que des solutions doivent être trouvées pour protéger la population. Il a expliqué que lorsqu'il y a un problème de cette envergure, il faut d'abord au niveau national compter sur ses propres recherches avant de tendre la main à l'international. Et la solution internationale, c'est avec tout le monde et principalement l'Organisation mondiale de la santé (Oms).

Au niveau national, en dehors des politiques pour un appui matériel et financier, il a cité deux acteurs principaux qui sont tenus de trouver une solution. D'abord les médecins qui sont en première ligne. Ensuite les chercheurs dont les résultats doivent apporter des solutions aussi bien préventives que curatives. C'est à ce niveau que l'Ufr Biosciences intervient.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.