Cote d'Ivoire: Lutte contre la COVID-19 - La Plateforme de recherche au niveau sous - régional au labo

Il existe une plateforme de recherche au niveau sou-régional. Les chercheurs ivoiriens ont travaillé en 2007 avec leurs collègues malgaches, libanais, etc. Ce réseau, qui peut fédérer toutes les énergies dans la sous-région, existe bel et bien.

Mais il n'est pas très actif. Pr Zirihi Guédé Noël, professeur titulaire d'ethnobotanique et d'ethnopharmacologie, plantes médicinales en Afrique, souligne à ce propos : « Nous qui avons fait nos petites preuves, on ne nous a pas encore mis à l'épreuve, concernant nos produits dans notre pays. Comment nous associer à des gens comme les Malgaches qui sont déjà avancés ? Souvent ce n'est pas facile. Pour être membre d'une telle plateforme de collaboration, il faut avoir quelque chose à proposer. En dehors de la Covid-19, nous avons d'autres produits. Mais pour cette pandémie, un réseau est actif actuellement. Il faut encourager cette démarche ». Avant de rappeler que le Président de la République Alassane Ouattara a demandé de fédérer toutes les énergies; les tradipraticiens doivent être associés également.

Mais pour lui, ils ne peuvent pas participer sans l'appui des ministères techniques, chargés de fédérer ces activités-là. Ce sont eux qui doivent organiser et c'est ce que le ministre de la Santé et de l'Hygiène publique, Dr Aka Aouélé, a commencé.

« Il nous a appelés, et nous avons proposé nos produits. C'est ce que nous voulons pour aller rapidement. Car plus le temps passe, plus les lits sont occupés par les malades. Si, en plus du traitement à la chloroquine qu'on nous a recommandé, on peut parallèlement faire le traitement à base de plantes, on aura moins de malades couchés dans les hôpitaux », a-t-il dit, en faisant savoir : « Le ministre de la Santé et de l'Hygiène publique a mis en place un comité au niveau de son cabinet. Il a en sa possession quelques produits. Je pense que nous avançons, avec la collaboration d'experts ».

L'indiscipline en Afrique

Le Pr Zihiri Guédé a cependant dénoncé un obstacle à la lutte contre la pandémie : l'indiscipline en Afrique. « Aujourd'hui, on a recommandé le port du masque. Combien d'Ivoiriens portent-ils le masque ? Il ne faudrait pas que nos cas deviennent plus importants. C'est pour cela qu'il faut revenir sur la discipline. Quand les médecins sont débordés, ils ne peuvent pas travailler. Il faut éviter que le nombre de malades croisse. C'est pour cela que la sensibilisation doit continuer même si nous avons un médicament ». Pour lui, cela est très important pour la suite. « Il n'y a que 36 respirateurs. Heureusement, il n'y a pas beaucoup de malades qui sont à un stade avancé de la maladie ».

Selon le Pr Zirihi Guédé Noël, le virus est un parasite obligatoire ; s'il n'a pas trouvé une nouvelle cellule à infecter, il va lui-même disparaître. « Les malades sont les vecteurs de ce virus, ils doivent s'arranger pour ne pas contaminer. D'où l'importance des mesures barrières pour les malades et ceux qui ne le sont pas. Tant que la discipline ne sera pas de mise, on peut tuer 100 virus, mais si un malade contamine une personne saine, la maladie va reprendre. C'est pour cela que quand les Chinois ont pu maîtriser la pandémie à Wuhan en Chine, ils ont désinfecté les rues, les bureaux, les immeubles, en espérant que les malades guéris ne sortent pas de leur confinement pour être contaminés à nouveau. Il faut toujours continuer à éduquer et sensibiliser », révèle-t-il.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.