Tunisie: Ligue des champions--Affaire EST-WAC - L'Espérance dans la ligne de mire...

Le commissaire du match accuse Hamdi Meddeb alors qu'Ahmad Ahmad n'a jamais été tendre avec le football tunisien.

Un an après, l'affaire de la finale de la Ligue des champions opposant l'Espérance de Tunis au Wydad Casablanca défraye de nouveau la chronique et pour cause : le WAC a déposé une requête devant le TAS infirmant avoir déclaré forfait. Et si les Wydadis ont déposé cette requête, c'est parce qu'ils ont perdu le match par forfait. Un an après, ils persistent à affirmer le contraire alors qu'ils avaient refusé de reprendre le jeu.

Le jury du Tribunal arbitral du sport a organisé une visioconférence avant-hier durant laquelle il a entendu les témoignages du président de la CAF, Ahmad Ahmad, et le commissaire du match, Ahmed Yahya.

Selon le site marocain «360° sport», Ahmad Ahmad aurait déclaré devant le jury du TAS vendredi « qu'il ignorait l'absence de l'assistance vidéo (VAR)».

Quel que soit le contenu du témoignage d'Ahmad Ahmad, il ne faut pas s'attendre à ce qu'il soit en faveur de l'EST. Par ailleurs, le président de la CAF n'a jamais été tendre avec le football tunisien, particulièrement depuis l'affaire de la finale de la Ligue des champions EST-WAC.

Le commissaire accuse Hamdi Meddeb

Le commissaire du match, Ahmed Yahya, en tout cas, n'a pas été tendre avec l'EST, en particulier avec son président Hamdi Meddeb : «En outre, le président de l'EST, M. Mohamed Meddeb, après avoir copieusement insulté le président du WAC sans que ce dernier le provoque ou réponde à ses insultes, a même tenu des propos irrespectueux et inconvenables envers le président de la CAF en notre présence», a-t-il mentionné dans son rapport.

Concernant l'attitude des joueurs du WAC après l'arrêt du jeu, le commissaire du match a indiqué : «En dépit de toutes nos tentatives de dissuasion, le WAC s'est obstiné dans son refus de reprendre la partie, au bout de 45 minutes de battement».

Quelques lignes plus tard, le rapport du commissaire du match souligne : «A l'expiration de ce battement de 45 minutes, et après concertation avec M. le président de la CAF et les membres de l'Exco présents, nous avons demandé à l'arbitre d'appliquer les dispositions du règlement applicables dans cette situation. L'arbitre a mis fin au match», et Ahmed Yahya de conclure : «La cérémonie de remise s'est déroulée sans la participation de l'équipe du WAC».

En somme, le rapport du commissaire du match accuse le président de l'EST, mais en même temps affirme le forfait du Wydad du Casablanca. En effet, les joueurs du WAC ont refusé de reprendre le jeu malgré l'insistance du commissaire du match.

Il est à noter que l'affaire portée vendredi devant le jury du TAS est la 7e dans le cadre de la finale de la Ligue des champions de l'année dernière.

Une finale qui, un an après, défraye encore la chronique. C'est qu'un an après, les responsables du WAC n'arrivent toujours pas à accepter le verdict du TAS, ni que le trophée de la Champions League, édition 2018/2019, soit revenu à l'EST qui, par conséquent, a pris part à la Coupe du monde des clubs qui s'est tenue au Qatar en décembre dernier.

Quel sera le verdict du TAS dans cette 7e affaire qui oppose l'EST au WAC ? Attendons les jours, voire les heures à venir pour le connaître.

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.