Madagascar: La société civile veut du temps pour valider la loi de finances rectificatives

La loi de finances rectificatives est toujours en cours d'examen au niveau du gouvernement alors qu'elle doit passer devant l'Assemblée nationale avant le 3 juin. Un retard qui inquiète dans un contexte de crise sanitaire où les dépenses liées à la lutte contre le Covid-19 sont nombreuses. La société civile réclame plus de temps pour que les députés et les citoyens puissent débattre et analyser cette loi cruciale avant son adoption.

À Madagascar, la société civile s'inquiète de l'arrivée tardive de la loi de finances rectificatives à l'Assemblée nationale, toujours en cours d'examen au niveau du gouvernement, selon le communiqué du dernier conseil des ministres. Alors qu'elle doit passer devant la chambre basse d'ici le 3 juin.

Opacité

L'utilisation des fonds alloués à la lutte contre le Covid-19 et les passations de marchés dans ce cadre restent « opaques », dénonce un communiqué signé par une dizaine de plate-formes de la société civile.

La loi de finances rectificatives qui devrait permettre de faire la lumière sur ces zones d'ombre est donc attendue de pied ferme, explique Hony Radert, responsable de la sous-commission Finances publiques au sein du mouvement Rohy. « C'est un projet de loi essentiel. Nous voulons savoir d'abord à combien s'élèvent les fonds prévus pour la lutte contre le Covid-19 et où vont aller ces allocations, souligne-t-il. On est aujourd'hui dans un système de marchés de gré à gré donc il y a beaucoup plus de risques de corruption. On craint qu'on n'ait pas le temps de débattre du projet de loi de finances rectificatives. Le vote au niveau de l'Assemblée nationale a toujours été assez rapide et donc pas forcément avec des débats de fond qui soulèvent le problème de l'opportunité des dépenses qui sont prévues par le gouvernement. »

En cours d'examen

Contactée par RFI, la présidente de la chambre basse, Christine Razanamahasoa, indique que la date du 3 juin pour la présentation, suivie de l'adoption du projet de loi en séance plénière, sera maintenue. Pour l'heure, des parties du texte validées par le gouvernement sont en cours d'examen au niveau de la commission des Finances et du Budget de l'Assemblée nationale, précise-t-elle.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.