Sénégal: Basketball-arrêt de la saison, bal et competitions africaines des clubs feminin - L'AS douane et l'Asc ville de dakar à l'heure du réajustement

Avec l'arrêt définitif de la saison 2019-2020 décidé par la Fédération sénégalaise de basketball, l'heure est au réajustement pour les clubs qui subissent à l'image d'autres disciplines les contrecoups financiers de la pandémie de la Covid 19.

L'As Douanes et l'As Ville de Dakar représentants du Sénégal aux compétitions africaines des clubs sont en face de leur charge et des contrats. En attendant un précieux appui financier à l'image du football, permettant d'atténuer l'impact de la crise sanitaire.

DEMBA SECK, PRESIDENT SECTION BASKET (AS DOUANES) : «Il faut essayer d'atténuer l'impact»

Al'image du football, les clubs de basketball se sont mis l'heure du réajustement en attendant la reprise de la prochaine saison. Contrainte comme tous les clubs de mettre une croix à la saison de basket, l'As Douanes fait l'impasse sur une compétition majeure notamment la Basketball African League (BAL), nouvelle version de la Coupe des clubs champions. Une compétition tournante initiée par la NBA Afrique dirigée par le Sénégalais Amadou Gallo Fall et la FIBA. Ce qui a eu forcément une incidence financière sur le club de gabelous qui n'a pas lésiné sur les moyens financiers et sportifs en vue de préparer aussi bien la saison en cours mais particulièrement pour cette première édition finalement reportée.

Selon Demba Seck, président de la section de basket l'As Douanes, cette situation est forcément ressentie par le club. Vainqueur du championnat 2018- 2019. «C'est très compliqué car tout le monde est impacté. Que ce soit le basketball, le football et les autres disciplines. Le fait de mettre fin à la saison a été une décision très sage. La Covid 19 impacte tout le monde et il est important d'écouter les instructions venant du corps médical afin de pouvoir combattre le virus. C'est très normal qu'en tant que acteur du sport et du basketball d'arrêter les compétitions. Tous les clubs sont impactés», souligne-t-il. «Avec la participation au Basketball african League, la Douane avait consenti beaucoup d'investissements. Nous avons beaucoup investi au niveau des joueurs. Nous allons voir comment nous réajuster par rapport à la saison et préparer la prochaine saison.

Par rapport à la Ligue africaine, on n'a pas encore d'informations venant de la NBA. Avant le démarrage de la saison, on verra qu'est ce qu'il y a lieu de faire. Nous sommes toujours en concertation avec les organisateurs de la compétition», at-il précisé. Le président de l'As Douanes et non moins vice président de la Fédération sénégalaise de basket reconnaît avoir bénéficié d'un appui de la Nba qui a permis de prendre en charge ses pensionnaires du club. «Il y a un soutien. La NBA a mis beaucoup de moyens pour sa compétition et des clubs qui y participent. On ne peut pas dévoiler le montant mais c'est pour participer au paiement des salaires des basketteurs professionnels», renseigne-t-il. En dehors de cet appui, l'As Douanes, à l'instar des autres clubs est toutefois en attente d'une subvention pour faire face à ses charges.

A l'instar du football qui a bénéficié d'un soutien. «La Fédération sénégalaise de basketball ne dispose pas assez de moyens. Au football, c'est la Caf et la Fifa qui mettent les moyens aux profits des fédérations nationales. Pour le basket, on n'a pas encore cette opportunité. Il faut espérer qu'il ait d'ici à la reprise un appui de la FIBA pour accompagner les fédérations nationales. Ce qui importe, c'est la préservation de la santé de nos athlètes», soutient-il.

En attendant l'ouverture de la saison, le président Seck confie que l'As Douanes s'emploie à trouver une solution en interne en vue d'atténuer l'impact de cet arrêt. «En tant que club, nous allons essayer de voir comment préparer la prochaine saison afin d'avoir une équipe compétitive. Nous sommes en train d'évaluer pour essayer d'avoir de nouvelles orientations. Au niveau de l'As Douanes, nous avons une unité de caisse avec le football. Il faut écouter et voir ce qu'il y a lieu de faire. Il faut essayer d'atténuer l'impact. Nous allons essayer de chercher une solution interne avant de trouver une solution externe», fait-il savoir.

YATMA DIAW, PRESIDENT AS VILLE DE DAKAR «Tout notre investissement risque d'être perdu... »

Représentante du Sénégal aux championnats d'Afrique féminin des clubs champions 2020- 2021, en tant que championne de la saison 2018-2019, l'As Ville de Dakar va s'employer à se rééquilibrer après l'arrêt définitif de la saison. Comme les autres clubs de l'élite, l'équipe de la municipalité mesure l'impact de l'arrêt de la saison et attend, selon Yatma Diaw, président du club de la municipalité, à se réajuster au plan interne en attendant un accompagnement et un soutien financier de la Fédération sénégalaise de basket.

La crise sanitaire entraînant finalement l'annulation de la saison de basket a eu un réel impacte sur les équipes de basketball. A l'image des autres formations, l'As Ville de Dakar est de ces clubs. Au lendemain de la décision de la FSBB annulant la saison de basketball, le président du club de l'As Ville de Dakar, Yatma Diaw mesure les contrecoups de cet arrêt. «Nous avons été impactés par rapport à l'arrêt de la saison. On a fait un recrutement de joueurs et de joueuses. Nous avons eu à faire un travail hivernal qui a duré un mois. Depuis le début de la saison, les salaires des joueurs ont été payés conformément aux contrats qui ont été signés. Tout notre investissement risque d'être perdu du fait de l'arrêt de la saison. Aujourd'hui, sur le plan administratif, on est sera obligé de renégocier avec les pratiquants. Au delà des joueurs, il y a l'encadrement technique et tout le monde. Nous allons négocier les contrats pour pouvoir aborder la saison 2020-2021 qui va venir», confie-t-il avant d'ajouter : «audelà des pertes financières, il y a les pertes sportives. Les pratiquants vont rester plus de cinq mois sans activités. Ce qui va sans doute entraîner une baisse de formes de nos joueurs».

«NOUS SOMMES OPTIMISTE ET PENSONS QU'ON FERA QUELQUES CHOSES POUR LES CLUBS»

A l'instar du football, le président Yatma Diaw espère aujourd'hui un soutien financier pour compenser les charges et les investissements. «On ne peut que s'en tenir au discours que la FSBB. Quand ils nous ont sollicité, pour avoir la proposition des clubs par rapport à l'arrêt, on leur dit qu'il va engendrer des pertes. Sur ce, ils nous ont dit qu'ils ont en train de faire les démarches nécessaires pour venir en aide aux clubs de façon général. Nous sommes optimistes et pensons qu'on fera quelque chose pour les clubs. La fédération sénégalaise de basket est en train de voir les voies et moyens pour être soutenu au niveau étatique.

Les responsables de la Fédération sont d'accord sur le principe. Ce serait une bonne chose par rapport à toute cette manne financière qui est dépensée et nous attendons au moins une compensation de la part de la Fédération», relève- t-il. «Sinon, il y aura beaucoup de clubs qui seront dans les difficultés la saison prochaine et vont redémarrer difficilement. Du fait que nos budgets ont été dépensés», prévient-il. En tant que unique représentant du Sénégal aux championnats d'Afrique des clubs, le président du club de la municipalité n'en espère pas également un accompagnement pour aller représenter le basket sénégalais au plan africain. «Pour la représentation en Coupe d'Afrique c'est bien possible. On pense et espère que d'ici octobre et novembre, les choses vont se décanter. Normalement, pour le championnat d'Afrique qui s'organise au mois de décembre, on a assez de temps pour avoir une équipe compétitive pour y aller». «Maintenant sur le plan administratif et financier, on l'avait intégré en début d'année. Je pense qu'aujourd'hui, nous avons l'accord de nos autorités pour nous accompagner à aller représenter dignement le Sénégal au niveau africain», appelle- t-il.

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.