Sénégal: Reprise des cours pour le 2 juin - Les parents d'élèves, indécis face à la décision

48h avant la reprise des enseignements et apprentissages pour les élèves des classes d'examen, la psychose continue de hanter le quotidien des parents d'élèves face à la pandémie du coronavirus qui continue de gagner du terrain au Sénégal.

Certains ont décidé de faire patienter leurs enfants pour voir l'évolution sur le terrain des mesures sanitaires qui seront mises en place, tandis que d'autres, avec un pincement au cœur, vont laisser leurs enfants se rendre à l'école tout en restant aux aguets.

Les parents d'élèves ne sont pas enthousiastes à l'idée de voir leurs enfants reprendre le chemin de l'école après une trêve de plus de deux mois due à la pandémie du coronavirus. Si cette trêve a été décidée par le Chef de l'Etat pour mettre à l'abri les apprenants d'une probable contamination, le retour des élèves en classe sonne chez certains parents comme un fardeau. Avec le nombre de cas qui n'ont cessé de grimper, certains jugent que le moment est mal choisi malgré les mesures de prévention qui seront mises en place.

L'inquiétude, la peur au ventre de laisser les enfants aller à l'école divise les parents. « Même si on choisit de faire reprendre les cours pour les élèves en classe d'examen, c'est une imprudence de la part du gouvernement de prendre cette décision au moment où les cas de contamination ont doublé voir triplé. Les enfants auront du mal à respecter correctement les mesures car n'étant pas habitués à cette situation », a déclaré Samba Diack, parent d'un des élèves de l'école Madièye Sall.

Aujourd'hui, ce dernier est partagé entre le fait de laisser son enfant retourner à l'école ou continuer de le maintenir à la maison. « Certes les enfants ont envie de sortir humer l'air de l'extérieur à cause du confinement, mais je ne pense pas laisser mon fils aller à l'école, le mardi prochain. Je vais d'abord m'assurer que toutes les conditions sanitaires sont réunies pour éviter une éventuelle contamination», a-t-il fait savoir. Même son de cloche chez cette mère de famille dont deux des enfants doivent reprendre le chemin de l'école. « Si je vous dis que je ne suis pas inquiète, je raconte juste ma vie. Avec les centres de traitement qui sont saturés de malades, les plaintes de certains patients sur la prise en charge, le nombre élevé de cas par jour, il y a de quoi avoir peur pour nos enfants mais aussi des membres de nos familles », a déclaré Mariama Dia Tall.

Toutefois, cette dernière a décidé de respecter les mesures du chef de l'Etat, Macky Sall, en laissant ses enfants faire leur rentrée des classes. « Nous allons voir ce que cela va donner. Si le dispositif est en place et si la distanciation physique est respectée, chose qui sera très difficile pour les apprenants, mais au moindre faux pas, nous n'hésiterons pas à retirer nos enfants des classes».

Le transport des enfants demeure aussi un véritable casse-tête pour les parents d'élèves. Beaucoup d'entre eux ont préféré retirer leurs enfants des bus scolaires et prendre la responsabilité de les conduire juste devant leur établissement scolaire. Au même moment, d'autres optent pour les taxis. « Je préfère conduire mon fils à l'école, ainsi j'aurai un aperçu des mesures prises par les autorités en plus de cela, c'est une manière d'amoindrir les risques contrairement aux bus d'école qui gardent plusieurs enfants à bord», a soutenu Mme Tall.

Au niveau des enseignants, la majorité a déjà regagné le lieu de service. Même si une première faille a été notée avec le rassemblement des enseignements dans les points de ralliement, situation qui a suscité une vive colère au niveau des syndicats, ces derniers espèrent que le gouvernement va se rattraper en déroulant correctement le protocole validé entre les deux entités pour la sécurité des élèves et des enseignants.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.