Congo-Kinshasa: MIBA SA - Le Conseil d'Administration et la Direction Générale suspendus

Après nombres d'inquiétudes concernant la gestion de la Minière de Bakwanga (MIBA SA), des décisions importantes viennent d'être arrêtées.

Le Ministre du Portefeuille a informé le Conseil des ministres, réuni vendredi 29 mars dernier pour sa 33ème fois, des résultats de la mission d'audit qu'il a diligentée auprès de cette société et dont le rapport daté du 23 mars 2020 relève d'importants dysfonctionnements au titre de la conformité, de la gouvernance et management, de la production et de la gestion financière. A cet effet, le ministre de tutelle a proposé au Conseil une batterie de mesures thérapeutiques en vue de remettre à flot cette société qui constituait, hier encore, la fierté de toute la Nation.

Préoccupé par la situation actuelle de cette société minière, le Conseil a décidé de la suspension immédiate du Conseil d'Administration et de la Direction Générale de la MIBA SA, ainsi que de la désignation des chargés des missions aux fins d'examiner les pistes de redressement de la situation et la convocation d'une Assemblée Générale.

Plusieurs autres questions majeures du pays ont été examinées lors de cette 33ème réunion du Conseil des Ministres, présidée, par vidéoconférence, par le Chef de l'Etat, Félix Tshisekedi qui, dans sa communication, a reconnu la nécessité de la réouverture des restaurants, bars et autres espaces dans le souci d'atténuer l'impact de Covid-19. A cela, il a préconisé que cette question soit étudiée par le Gouvernement pour concilier les exigences de la lutte contre la propagation de la pandémie et la reprise progressive des activités économiques.

Dans un autre registre, il sied de retenir que l'état des lieux de la réforme relative au basculement du budget moyen vers les budgets programmes et à la restructuration des services en charge, a été présenté par le Vice-Ministre du Budget, lors de cette réunion. A trois ans du basculement national vers les budgets programmes, la mise en marche de cette réforme peine à prendre corps au sein du Ministère du Budget, a dit le Vice-Ministre. Ce dernier a donc sollicité du Conseil le soutien nécessaire pour la mise en place des structures attendues, ainsi que la nomination de leurs animateurs, au niveau de la Fonction Publique. A l'issue des débats, le Conseil a adopté les propositions du Ministère du Budget, la création par Décret des directions concernées et la proposition de nomination de leurs animateurs tout en demandant que la poursuite de cette réforme se fasse de manière irréversible.

Vendredi dernier, le Conseil a également procédé à l'examen du projet de la loi portant modalité d'application de l'état d'urgence et de l'état de siège en RDC pour se conformer à l'article 85 de la Constitution. Après débats et délibération, ce projet a été adopté moyennant amendements et toilettage qui se feront par la Commission des lois et textes réglementaires avant la transmission du projet de loi au Parlement.

Il ressort, par ailleurs de cette réunion, la présentation par la VPM en charge du Plan, du projet d'ordonnance portant renouvellement de la durée du Programme national de Stabilisation et de Reconstruction (STAREC). Cette dernière a rappelé l'historique et les missions du STAREC qui fonctionne sous la responsabilité du Premier Ministre, Ilunga Ilunkamba, avant de faire un plaidoyer pour le renouvellement de l'Ordonnance n°09/051 du 29 janvier 2009 qui le crée. Ce plaidoyer est motivé par les bons résultats engrangés par ce Programme dans les Provinces de l'Ituri, du Nord-Kivu et du Sud-Kivu. Ce projet d'Ordonnance a été adopté par le Conseil des Ministres après plusieurs propositions d'amendements.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.