Congo-Kinshasa: Nord-Kivu - 4 groupes armés en quête d'une prise en charge pour « faire régner la paix » à l'Est

Quatre groupes armés opérant dans le territoire de Masisi et qui se sont rendus aux FARDC entre le mois de novembre 2019 et mars 2020, cantonnés momentanément à Mubambiro avec un échantillon de leurs membres, demandent à l'Etat congolais de les prendre en charge pour faire régner la paix longtemps recherché à l'Est de la RDC. Il s'agit du groupe armé des volontaires du général Matata avec 485 armes de guerres et 3200 personnes, UPDC du général Bilikoliko avec 120 armes et 800 éléments, FDDH du général Jovial Dusabe avec 208 armes et 1300 éléments et le GS du général Kavumbi avec 80 armes et 250 éléments.

Au cours d'un entretien avec la presse, mardi dernier, le porte-parole de ces groupes armés, Faustin Ufitake, a laissé entendre que lui et ses collègues sont sortis de la brousse sur appel du chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, invitant tous les congolais se trouvant dans les groupes armés de laisser les armes et servir le pays sous le drapeau ou d'autres aspects. "Nous avons œuvré dans les milices depuis longtemps, nous sommes déjà fatigués des armes qui ne font que déstabiliser notre pays et facilite les violations des droits de l'homme, fait perdre l'image de notre pays en montrant qu'en RDC il n'y a que la guerre, nos minerais sont pillés par nos ennemis... c'est pourquoi nous avons jugés utile de respecter et nous nous sommes rendus personnellement aux FARDC afin de nous faciliter une réinsertion communautaire et participer à la vie active comme tout Congolais", a-t-il déclaré.

Selon Faustin Ufitake, "nous sommes avec un nombre non négligeable de nos anciens collègues mais suite aux mauvaises conditions dans le centre de cantonnement à Mubambiro avec une non-assistance de la part de nos éléments, nous manquions de quoi mettre sous la dent, boire même de l'eau c'est un calvaire, dormir dans les conditions inhumaines face à cette situation. Plusieurs de nos ex-collègues n'ont pas été en mesure de supporter ces conditions et ont choisi de rentrer dans leurs villages respectifs, craignant le pire", a-t-il expliqué à la commission interprovinciale d'appui au processus de désarmement, démobilisation et réinsertion communautaire, dans le chef-lieu de la province du Nord Kivu.

Ce dernier appelle l'Etat de le prendre en charge, leur offrir des feuilles des routes pour se rendre dans les milieux où ils opéraient afin de sensibiliser leurs éléments qui n'ont pas pu supporter ces mauvaises conditions au centre de cantonnement de Mubambiro et ceux qui sont restés dans la brousse afin de les interpeller à une prise de conscience comme tout patriote Congolais voulant la paix.

Faustin Ufitake lance un vibrant appel à tous les rebelles d'écouter le message du chef de l'Etat, d'abandonner les armes et servir le pays.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.