Congo-Kinshasa: Affaire "sauts-de-mouton" - David Blattner attendu devant les juges aujourd'hui

Lundi 18 mai 2020, David Blattner était devant les juges du Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe. Comme il fallait s'y attendre, il avait promis de coopérer avec la justice, depuis l'obtention de sa liberté provisoire au grand soir du 27 mars 2020 moyennant une caution de 51 millions de Francs Congolais.

Soupçonné de détournement dans l'affaire des travaux de 100 du Chef de l'Etat, le DG de Safricas, est une des pièces maîtresses dans ce dossier qui implique également Benjamin Wenga, le Directeur Général de l'OVD. Après l'audience du 18 mai 2020, le TGI/Gombe a renvoyé à deux semaines, il y reviendra le 1er juin prochain, selon le compromis dégagé entre le Ministère Public et les Avocats de la défense. Et, pendant ce temps, ces derniers s'attèleront, normalement, à la « levée copie » des pièces portées à la charge de leur client.

Que lui reproche-t-on ?

Dans sa réquisition de fixation d'audience du 18 mai 2020, David Mukonkole Katambwe, le Procureur Général, avait communiqué au Président du Tribunal de Grande Instance de la Gombe le dossier judiciaire inscrit sous RMP 1504/PG 023/a/ 2020/LUK du registre du Ministère Public près la Cour d'Appel de Kinshasa et comportant des pièces de l'instruction de l'affaire à charge de David Blattner.

Dans le libellé des préventions, David Blattner est poursuivi pour avoir, étant une personne chargée d'un service public, détourné des deniers publics, des effets en tenant lieu des pièces, titres, actes, effets mobiliers qui étaient entre ses mains, soit en vertu, soit en raison de sa charge:

En l'espèce: détournement de la somme de 1.272.135,28 USD au titre de premier acompte pour l'achat des matériaux et construction des sauts-de-mouton au carrefour du Rond-point Socimat à Kinshasa/Gombe. Faits prévus par l'article 145 du code pénal livre II tel que modifié par la loi n°73/017 du 05 janvier 1973.

En l'espèce: détournement de 1.394.201, 08 USD au titre de acompte pour l'achat des matériaux et construction du saut-de-mouton au carrefour des avenues de Libération et sergent Moke à Kinshasa.

Faits prévus par l'article 145 du code pénal livre II tel que modifié par la loi n°73/017 du 05 janvier 1973.

En l'espèce: détournement de 1.397.449, 88 USD au titre de premier acompte pour l'achat des matériaux et construction du saut-de-mouton au carrefour des avenues Kasa-Vubu et triomphal à Kinshasa.

Faits prévus par l'article 145 du code pénal livre II tel que modifié par la loi n°73/017 du 05 janvier 1973.

Il sied de rappeler que David Blattner Le patron de Safricas, l'américain David Blattner, interpellé puis placé en détention provisoire depuis février dernier à la prison centrale de Makala, a été libéré sous caution vendredi 27 mars tard dans la soirée.Une libération provisoire en échange d'un montant d'une caution de 51 millions de Francs congolais qu'il aurait, du reste, débloquée en faveur du Trésor Public.

Epaules non moins frêles...

Sur ses épaules, apparemment, non moins frêles, il y a lieu de rappeler que M. David Blattner traîne jusqu'à preuve du contraire, de sérieux soupçons de détournement des fonds alloués , depuis le début des travaux du programme de 100 jours initiés par le Chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, dès son accession, le 24 janvier 2019, au strapontin de l'Etat sur lequel son prédécesseur, Joseph Kabila, aura passé 18 ans de règne. Il va falloir qu'après toutes les accusations, qu'il donne les preuves de son innocence, pour se tirer des affaires de la justice. Sinon, il retournera à Makala et sera tenu de payer cher à la RD. Congo, pour des préjudices ainsi inutilement subis.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.