Congo-Kinshasa: Remplacement de Kabund au perchoir - L'UDPS joue et risque de perdre

«L'UDPS/Tshisekedi considère désormais inopportun de désigner un autre parmi les Députés nationaux élus sur sa liste, en remplacement de l'Honorable Jean-Marc Kabund-A-Kabund au poste de 1er Vice-président de l'Assemblée Nationale.En conséquence, elle prévient que tout Député national élu sa liste, qui violerait la résolution susmentionnée sera considéré comme ayant délibérément quitté le Parti et, de ce fait, sera sanctionné conformément aux dispositions pertinentes de la Constitution de la République Démocratique du Congo, des statuts et du règlement intérieur du Parti. » Est-il écrit, noir sur blanc, dans la dernière déclaration politique signée Augustin Kabuya, Secrétaire Général a.i.

Le Secrétariat Général de ce parti a pris cette position sans pour autant associer les élus UDPS. Eux qui, au cours de la plénière agitée de ce jour-là, étaient au front pour barrer la route à ce qu'ils appellent passage en force du FCC. Quel est l'intérêt qu'a l'UDPS de ne plus réoccuper ce poste ? Cette politique de la chaise vide va-t-elle payer cette fois-ci ?

Pendant que l'UDPS s'engage sur une logique de bras de fer avec le FCC, se manifeste l'appétit glouton des élus UNC, parti de Vital Kamerhe, pour ne pas compromettre les chances de la solidité de la coalition CACH. Selon le porte-parole de l'UNC, Gabin Lulendo, cette formation politique se pourvoirait dans ce remplacement.

De son côté, la conférence des Présidents a commencé les tractations. A l'allure où vont les choses, les Députés «traitres ou taupes» vont se compter à plusieurs dans les rangs de l'UDPS. L'on tend tout droit vers la réédition de la piste Badibanga et compagnie qui, à une certaine époque, avaient refusé de suivre le mot d'ordre du président Etienne Tshisekedi leur interdisant de siéger comme Députés à l'Assemblée Nationale.

Par ailleurs, certains élus de l'opposition considèrent que ce poste de 1er Vice-président de la Chambre basse du Parlement leur revient de droit. Les ambitions se manifestent aussi du côté de la Coalition Lamuka. L'éminent Professeur Jacques Djoli du MLC avait aussi convoité ce poste à un moment donné. Le jeu est donc ouvert.

Au pouvoir, notent certains analystes, l'UDPS se comporte comme un parti de l'opposition. En politique, on ne se fait pas des cadeaux. L'UDPS joue et risque de perdre. A bon entendeur...

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.