Maroc: Le Groupe Renault annonce la suspension du projet d'augmentation de ses capacités au Maroc

Le constructeur automobile va supprimer plus de 10.000 postes à travers le monde dans le cadre d'un plan d'ajustement étalé sur trois ans

Le constructeur automobile Renault a présenté vendredi son plan d'économies de plus de 2 milliards d'euros. Etalé sur trois ans, ce projet vise à restaurer la compétitivité du Groupe français et assurer son développement sur le long terme dans le cadre de l'Alliance.

Face aux difficultés rencontrées par le Groupe, à la crise majeure à laquelle est confrontée l'industrie automobile et afin de répondre aux urgences liées à la transition écologique, le constructeur automobile français a décidé d'accélérer sa transformation.

Le Groupe a ainsi annoncé une série de mesures dont certaines auront un impact direct sur ses activités à l'étranger, notamment au Maroc où il compte de deux usines de production à Tanger et à Casablanca.

En effet, outre la suppression d'environ 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France, le Groupe Renault a également annoncé la suspension des projets d'augmentation de capacités prévus au Maroc et en Roumanie.

Dans le cadre dudit plan, le constructeur envisage de redimensionner aussi les capacités industrielles mondiales du groupe, ce qui se traduira par la réduction de la production qui passera de 4 millions de véhicules en 2019 à 3,3 millions d'ici à 2024.

Concernant les ajustements de ses effectifs, le Groupe Renault s'est toutefois engagé « à ce qu'ils soient réalisés à travers un dialogue exemplaire avec les partenaires sociaux et les collectivités locales », expliquant ce projet s'étalerait sur 3 ans et s'appuierait sur des mesures de reconversion, de mobilité interne et des départs volontaires.

Le groupe Renault, qui a repris partiellement et progressivement son activité industrielle dans le Royaume, après la suspension de sa production intervenue le 19 mars dernier, est le leader incontesté du marché automobile national avec ses marques Dacia et Renault, première et deuxième du marché marocain.

Deuxième grande entreprise du Royaume, il detenait 42,4% de part de marché à fin 2019 avec près de 400 000 véhicules produits.

Globalement, le constructeur indique que son projet de plan inclut l'accélération de la transformation des usines du constructeur par la généralisation des outils de l'industrie 4.0 ; l'amélioration des process dans les nouveaux projets d'ingénierie en accélérant la digitalisation et le « design to process » ; l'optimisation des ressources et des frais généraux et marketing ainsi que le recentrage des activités sur le cœur d'activité du Groupe pour une meilleure allocation des ressources.

Sur ce dernier point, Renault précise que ce recentrage concernera en particulier « une partie du réseau de distribution intégré RRG en Europe ; le transfert de la participation de Groupe Renault dans Dongfeng Renault Automotive Company Ltd (DRAC) en Chine à Dongfeng Motor Corporation et l'arrêt des activités de véhicules particuliers thermiques sous marque Renault sur le marché chinois ».

Dans un communiqué, publié à la suite d'une rencontre tenue vendredi à Paris et destinée à la présentation dudit projet de plan, le groupe Renaul a annoncé que celui-ci permettra de renforcer la résilience de l'entreprise en privilégiant la génération de Cash Flow, tout en maintenant le client au centre des priorités.

Mais au-delà du projet de plan, qui s'appuie sur une approche plus efficace des activités opérationnelles et une gestion rigoureuse des ressources, le constructeur automobile a fait savoir qu'il « tend à poser les bases d'un développement pérenne du Groupe Renault ».

« Dans un contexte fait d'incertitudes et de complexité, ce projet est vital pour garantir une performance solide et durable, avec comme priorité la satisfaction de nos clients. Ce projet doit permettre à terme d'envisager l'avenir avec confiance », a déclaré Clotilde Delbos, directeur général de Renault par intérim.

Président du Conseil d'Administration de Renault, Jean-Dominique Senard est bien conscient que « la transformation envisagée ne pourra se faire que dans le respect de l'ensemble des parties prenantes de notre Groupe et dans le cadre d'un dialogue social exemplaire ».

Pour rappel, au premier trimestre 2020, les ventes du Groupe ont baissé de 25,9 % à 672 962 véhicules sur un marché mondial qui a réculé de 24,6 %. Tandis que son chiffre d'affaires s'est élevé à 10 125 millions d'euros sur le trimestre, soit un repli de 19,2 %. Ajoutons qu'à taux de change et périmètre constants, la baisse aurait été de 18,3 %, selon les indicateurs rendus publics en avril dernier.

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.