Maroc: Khalid Ait Taleb - L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du COVID-19 peut être prouvée

Le ministère de la Santé dispose d'une série d'études menées à ce sujet et travaille sur trois autres concernant l'utilisation de ce traitement

Le nombre des décès au Maroc est parmi les plus faibles au monde et c'est la raison pour laquelle il ne peut pas remettre en question l'efficacité de ce médicament

Le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, a affirmé, jeudi à Rabat, que l'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée.

S'exprimant devant la Commission des secteurs sociaux à la Chambre des représentants, il a indiqué que "le Maroc a assumé cette responsabilité en raison de l'efficacité de ce médicament, qui peut être prouvée", soulignant que "le Royaume n'a pas pris cette décision par hasard ou parce qu'il n'y avait pas d'alternative, mais parce qu'il existe des essais cliniques qui ont abouti à des résultats positifs".

Le ministère dispose d'une série d'études menées à ce sujet et travaille sur trois études sur l'utilisation de la chloroquine, a ajouté le responsable gouvernemental.

Après avoir relevé que "la chloroquine est utilisée depuis longtemps dans le traitement des maladies chroniques et du paludisme, sous certaines conditions", il a précisé que cette molécule n'avait jamais suscité de controverses avant aujourd'hui, notant qu'un paquet de ce médicament ne coûte que 12 DH.

Il a, par ailleurs, souligné que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'avait pas interdit le traitement par la chloroquine, mais elle a suspendu les essais cliniques qu'elle mène à ce sujet, parce que le médecin demeure l'unique personne qui peut juger de l'efficacité du traitement.

Biologiquement, l'efficacité de la chloroquine est observée lors de la phase initiale de l'infection, puisqu'elle a un effet d'inhibition de la réplication virale, a noté le ministre.

Il a, également, fait observer que les patients guérissent lorsqu'ils utilisent la chloroquine dès les premières phases de la maladie, relevant que "le nombre des décès au Royaume est parmi les plus faibles au monde et c'est la raison pour laquelle nous ne pouvons pas remettre en question l'efficacité de ce médicament".

Le ministre a noté que des rapports du comité scientifique concernant les cas traités à la chloroquine et la durée de traitement seront publiés, ajoutant que des mesures ont été entreprises pour l'importation de la matière brute du sulfate d'hydroxychloroquine et du hydroxychloroquine, afin d'éviter la rupture de stock et assurer le traitement aux patients.

Pour ce qui de la situation épidémiologique au Maroc, Khalid Ait Taleb a indiqué qu'il existe des indicateurs positifs qui soulignent que la situation est sous contrôle, d'autant plus que 85% des nouvelles contaminations se comptent parmi les personnes contacts et le Royaume a dépassé le seuil des 10.000 analyses par jour.

Il a aussi fait savoir qu'un total de 2.531 patients sont actuellement sous suivi médical, soit 8 pour chaque 100.000 habitants, tandis que le taux de rémission s'élève à 64% et celui des décès a baissé pour se stabiliser entre zéro et deux morts par jour.

"Ceci s'explique par le fait que l'Enoxaparine est administrée par injection aux patients dès leur arrivée à l'hôpital. Il s'agit d'un anticoagulant qui prévient la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins", a expliqué Khalid Ait Taleb.

Il a, d'autre part, estimé que les mesures préventives et proactives entreprises par le Royaume ont été courageuses, vu que l'objectif était, depuis le début, de protéger le citoyen et récupérer sa confiance dans le secteur de la santé.

S'agissant des conditions à remplir pour assouplir le déconfinement, le ministre a évoqué la baisse des nouveaux cas de contamination et l'inflexion de l'indicateur de propagation du virus sous la valeur 1, outre la baisse du taux de mortalité à 3% ou moins.

Il a dans ce sens souligné que la réussite de la levée progressive du confinement sanitaire requiert, aujourd'hui, la reprise de l'activité tout en évitant un retour de l'épidémie.

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.