Niger: En plein débat sur un projet de loi controversé, le ministre de la Justice crée la polémique

S'exprimant avant le vote au Parlement vendredi d'une loi sur les interceptions de communications téléphoniques, le ministre de la Justice Marou Amadou a laissé entendre que l'opposition était déjà écoutée. Polémique.

« Vous craignez d'être écoutés. Vous l'étiez depuis, et vous l'êtes encore.C'est maintenant que ça va être organisé », a lancé le ministre de la Justice devant l'Assemblée nationale. Il répondait à l'opposition qui accuse le gouvernement de vouloir surveiller les Nigériens, sous le prétexte de la lutte antiterrorisme.

Mes propos ont été « sortis de leur contexte », se défend le ministre Marou Amadou. « Je dis que les écoutes sont consubstantielles à tout royaume ou État organisé. Avant les télécommunications, les gens étaient écoutés derrière leurs maisons et on rendait compte au prince. » Avec cette loi, la situation sera plus conforme ajoute le ministre, puisqu'il y aura désormais une instance de contrôle.

Un aveu inacceptable, s'insurge le spécialiste en droit constitutionnel, Aba Assan Boubakar. « Le plus choquant, c'est que le ministre de la Justice passe aux aveux, disant que de tout temps les gens ont été écoutés, sans l'intervention de la loi, ce qui est totalement illégal. L'article 29 nous dit que c'est passible de sanctions. Et donc quelque part, c'est une pratique illégale qui est en train d'être légalisée », constate-t-il.

Si nous sommes un état de droit, nous devons faire respecter les libertés fondamentales, ajoute-t-il, estimant qu'une plainte pourrait être déposée.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.