Congo-Kinshasa: Affaire Kamerhe en RDC - L'autopsie du juge évoque l'empoisonnement, selon Radio Okapi

Il y a une semaine, le juge Raphaël Yanyi a été retrouvé mort en RDC. Il était le président du tribunal de grande instance de Kinshasa, celui qui a la charge de l'affaire Vital Kamerhe. Et le juge Raphaël Yanyi a été empoisonné, dit le rapport d'autopsie, cité par la Radio Okapi.

Selon Radio Okapi, le rapport de l'autopsie révèle que le juge Raphaël Yanyi n'est pas décédé d'une mort naturelle. Un poison a été utilisé, affirme ce média, qui ajoute qu'une expertise internationale est envisagée.

Le rapport auquel Radio Okapi a eu accès a été déposé au bureau du procureur de la République près du parquet de Kinshasa-Gombe. Reste maintenant aux toxicologues de déterminer la nature du poison qui a tué le juge.

Beaucoup de réactions sur les réseaux

Pour des spécialistes, il appartiendra ensuite aux criminologues de se baser sur les faits et gestes de la dernière audience du procès, celle du 25 mai, au cours de laquelle on a vu le juge porter un masque de protection apporté par un tiers. D'autres spécialistes conseillent de passer en revue les derniers jours de la vie de Raphaël Yanyi.

Depuis la diffusion de cette information qui attribue le décès au poison, beaucoup de commentaires fusent sur les réseaux sociaux.

Le procès de Vital Kamerhe est censé reprendre ce mercredi.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.