Angola: L'avenir de l'enfant est un défi à relever par le Gouvernement angolais

Luanda — L'Angola célèbre, ce 1er juin, la Journée internationale de l'Enfant, dans la peur et sans brio, faisant de la lutte contre la pandémie de Covid-19 la question prioritaire à résoudre avec l'appui de l'Organisation mondiale de la Santé.

La journée est célébrée au moment où l'OMS estime à plus de six millions le nombre des personnes infectées par le nouveau Coronavirus à travers le monde, dont plus de 300 mille morts, inclus des enfants âgés de moins d'une année et des adolescents.

Face à cette situation, les enfants, considérés comme «l'Avenir des Nations », voient cette date comme à peine une marque, soit un point fixé sur le calendrier, sans rien de plus.

Toutefois, en Angola la date du 1er juin survient au moment où le Gouvernement a des grands défis à relever concernant les dix (10) engagements relatifs aux droits de l'enfant.

La Constitution angolaise défend le bien-être de l'enfant, notamment la protection face à toute forme de discrimination, la scolarité, l'assistance médicale et alimentaire, l'habitation et tout ce dont le petit a droit pour un avenir heureux.

Rappelons que la Journée internationale de l'Enfant a été célébrée, pour la première fois, le 1er juin 1950.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.