Algérie: Batna - La cueillette du thym sauvage bat son plein

Batna — En plein cœur du parc national de Belezma à Batna, la cueillette du thym sauvage ou Zaâtar, à la fois aromate à l'odeur puissante et plante médicinale aux vertus reconnues, bat son plein sur les collines rocailleuses de Theniet Zaatar (vallée du thym) sur les hauteurs du village Bozzo (Ali Nemeur) de la commune de Meraouna.

Kamel Selloum, Zidane et leur groupe d'amis qui habitent la ville de Merouana ramassent pendant des heures les petites feuilles de cette plante chaque vendredi depuis fin avril.

"Nous venons le matin ou à la mi-journée et nous ne rentrons qu'à l'approche du Maghreb", confie Zidane couché sur le flanc en train de ramasser le thym difficilement discernable pour le non-initié des autres plantes vertes composant la pelouse luxuriante et verdoyante revêtant ce parc national de 26.250 hectares classé par l'Unesco depuis 2015 réserve de la biosphère.

Chaque jour des dizaines d'hommes mais aussi de femmes envahissent ce site également désigné localement par "Oulemouthène". Ils doivent se placer sur les genoux pour arriver à distinguer la précieuse plante.

Certains même coupent la plante par les racines empêchant sa régénération, regrette-t-il.

Ce rythme d'exploitation met en péril le Zaâtar dans cette zone du parc de Belezma avec même le risque d'extinction, estime Hakim photographe et fervent défenseur de la faune et de la flore de ce parc, et très actif sur le réseau social Facebook.

Pour Kamel et ses amis, la recherche de cette plante médicinale "par excellence" répond exclusivement à un usage personnel.

Elle est tout indiquée pour les problèmes de santé durant le froid, assure Kamel qui précise qu'il a pris l'habitude de sécher le thym avant de le broyer en farine pour en mélanger une cuillère à café avec de l'huile d'olive dans un petit flacon de 20 ml qui, après une dizaine de jours, devient un remède très efficace contre les toux et bronchites surtout des enfants.

Le parc national de Belezma, une réserve naturelle des plantes médicinales aurésiennes

Pour d'autres cueilleurs du site, le thym sauvage est source de revenus d'appoint puisque un bol de ses feuilles miraculeuses peut se vendre de 500 DA en temps de cueillette à 1.500 DA et plus en hiver, assurent certains d'entre eux.

Aromate recherché sous d'autres cieux, le thym appelé en chaoui Legrich Edjerthil est dans les Aurès un conservateur alimentaire naturel mais surtout un remède traditionnel naturel dont l'usage et les recettes sont transmis et confirmés d'une génération à l'autre et ce pouvoir curatif est confirmé par les nouvelles recherches.

Le parc national de Belezma chevauche les huit communes de Batna, Oued El ma, Sériana, Fesdis, Oued Chaâba, Djerma, Hidoussa et Merouana.

Célèbre pour ses 5.315 hectares de majestueux cèdres de l'Atlas, cette réserve naturelle renferme une riche flore de près de 650 espèces dont 140 plantes médicinales.

Ces plantes composant la pharmacopée séculaire auréssienne sont traditionnellement cueillies et proposées à la vente par les herboristes de la région.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.