Niger: Deuxième rapport d'audit sur les marchés publics au ministère de la Défense

Des armes à feu

Au Niger, l'enquête judiciaire se poursuit après l'audit réalisé sur les marchés publics au ministère de la Défense.

La police judiciaire a déjà entendu plusieurs protagonistes. La justice a été saisie sur la base d'un rapport d'audit définitif qui n'est pas le rapport provisoire, médiatisé jusque-là. Ce rapport, daté du 29 mars, prouve que des négociations entre les autorités et les fournisseurs ont eu lieu et qu'elles ont abouti à des promesses de remboursements partiels.

Après le choc provoqué par le premier rapport audit de février, le gouvernement a demandé aux fournisseurs de s'expliquer. L'objectif était alors de trouver une solution à l'amiable. Durant trois semaines, les fournisseurs ont donc été appelés un à un au ministère de la Défense.

Sur les irrégularités constatées dans la procédure de passation de marchés, les fournisseurs ont unanimement reconnu les griefs, selon le document consulté par RFI.

A propos des surfacturations pointées par les enquêteurs, ils reconnaissent les chiffres mais rejettent le qualificatif de surfacturation. Ils demandent la prise en compte de nouvelles charges aléatoires dans le calcul de leur marge. Après discussion, ils se seraient engagés finalement à rendre une partie de l'argent, environ 25 % de ce qu'ils auraient trop perçu, selon le rapport d'audit provisoire.

Concernant le matériel payé et non livré, des engagements ont, là aussi, été pris pour que ce matériel arrive rapidement ou qu'il soit remboursé.

Sur la base de ces négociations, le manque à gagner pour l'État pourrait être revu à la baisse. Si les fournisseurs honorent leurs engagements de paiement, la perte pour l'Etat ne serait que de 45 milliards de FCFA au lieu de 76 milliards, soit environ 70 millions d'euros au lieu de 110 millions. Néanmoins, ceci n'enlève rien aux irrégularités constatées sur lesquelles la justice doit aujourd'hui se prononcer.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.