Algérie: Les attaques fréquentes des médias publics français ciblant l'Algérie ne relèvent nullement de la liberté d'expression

Alger — Le président de la commission des affaires étrangères, de la coopération et de l'émigration de l'APN, Abdelkader Abdellaoui, a affirmé, lundi, que les attaques fréquentes des médias publics français ciblant la souveraineté de l'Algérie « ne relèvent nullement de la liberté d'expression».

Dans son allocution lors d'une séance de travail ayant regroupé les membres de la commission qu'il préside avec le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum et le secrétaire d'Etat chargé de la Communauté nationale et des compétences à l'étranger, Rachid Bladehane, M. Abdellaoui a affirmé que «les parlementaires algériens estiment que les attaques menées par les médias publics français ne relèvent nullement de la liberté d'expression, ni de la liberté d'opinion».

«Les complexes liés à l'histoire peuvent aveugler certains et l'amertume de la défaite peut raviver la haine entre les peuples, cependant les crimes historiques contre l'humanité demeurent imprescriptibles, car transmis de génération en génération et les nouvelles générations de France sauront ceque leurs ancêtres avaient infligé au peuple algérien», a-t-il soutenu.

Il s'agit là «d'un autre enjeu qui a ses connaisseurs, ses conditions et ses issues qui permettront de faire éclater la vérité au grand jour, une vérité qui vient en prolongement de la lueur de la Glorieuse Révolution de Novembre», a souligné M. Abdellaoui.

Au nom des parlementaires algériens, le président de la Commission s'est adressé aux parties "qui ont essuyé des échecs dans les relations internationales actuelles", les exhortant à "chercher des issues de guerres loin de l'Algérie".

Il a, à cet effet, évoqué "l'histoire sanguinaire de l'institution politique française et de ses généraux criminels", demandant aux instances concernées de "défendre avec force le bassin de l'Algérie et sa dignité, notamment en ce qui concerne le rapatriement des restes mortuaires de nos chouhada pour les inhumer dans leur chère patrie, par respect à la dignité humaine, la récupération des archives confisquées, la préservation des droits de nos émigrés qui représentent une passerelle humaine entre le peuple algérien et d'autres peuples".

La séance de travail se poursuit à huis clos à l'APN entre les membres de la Commission des affaires étrangères, de la coopération et de l'émigration, le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum et le Secrétaire d'Etat chargé de la communauté nationale et des compétences à l'étranger, de M. Rachid Bladehane.

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.