Afrique de l'Ouest: Marché des titres publics - Le Sénégal mobilise 82,5 milliards de FCfa

L'État du Sénégal a levé 82,5 milliards de FCfa sur le marché financier de l'Umoa suite à l'émission d'Obligations assimilables du Trésor (Oat) des maturités de trois ans et de cinq ans, annonce l'Agence Umoa-titres.

Cette opération vise à mobiliser l'épargne des personnes physiques et morales en vue d'assurer la couverture des besoins de financement du budget de l'État sénégalais.

Pour l'Oat de trois ans, la souscription retenue a été de 28,476 milliards et 54,023 milliards pour l'Oat de maturité de cinq ans ; ce qui fait un total d'environ 82,5 milliards de FCfa.

Les titres sont dématérialisés et tenus en compte courant dans les livres du Dépositaire central du marché des titres publics par adjudications qu'est la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (Bceao).

S'agissant du paiement des intérêts, il se fera annuellement sur la base du taux d'intérêt fixé, et ce, dès la fin de la première année. Concernant les modalités de souscription des titres, l'accès au marché primaire est réservé aux intermédiaires agréés qui disposent de comptes auprès de la Bceao.

Il s'agit des établissements de crédit, des organismes financiers régionaux, des Sociétés de gestion et d'intermédiation (Sgi), des Spécialistes en valeurs du Trésor (Svt).

L'Agence Umoa-titre précise que les revenus perçus sur Oat sont exonérés d'impôts pour les investisseurs résidant au Sénégal. Les non-résidents sont soumis à la fiscalité applicable sur le territoire du pays de résidence.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.