Burkina Faso: Réouverture des classes d'examen - Des cours de COVID-19 dispensés aux élèves

Le ministre de l'Education nationale, de l'Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales a effectué, le lundi 1er juin 2020, une tournée dans certains établissements de la ville de Ouagadougou, pour s'assurer de la reprise des cours dans les classes d'examen.

Suspendus depuis le 16 mars 2020 à cause de la pandémie de la COVID-19, les cours ont repris, le lundi 1er juin 2020, pour les élèves en classes d'examen.

Pour s'assurer de la reprise effective des activités pédagogiques et du respect des mesures-barrières contre le coronavirus, le ministre de l'Education nationale, de l'Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales, Stanislas Ouaro, a fait le tour de quelques établissements de la ville de Ouagadougou.

C'est le complexe scolaire Excelle, situé à Ouaga 2000 dans l'arrondissement 12 qui a accueilli en premier, le ministre et sa délégation. A l'entrée, plusieurs dispositifs de lave-mains sont visibles.

La reprise dans cet établissement concerne trois classes à savoir la 3e et les Tle D et G2. Avec des effectifs réduits, la distanciation physique entre les élèves est respectée. Chaque élève, muni de cache-nez, occupe un table-banc. Premier exercice du jour, un cours sur la COVID-19.

Les enseignants essayent d'expliquer aux élèves, les signes de coronavirus, sa cause et les mesures à adopter pour se prémunir de la maladie, entre autres. Le fondateur de l'école, Harouna Toguyéni se veut formel : « Nous appliquons à la lettre les mesures-barrières édictées par les autorités sanitaires ».

A l'école primaire publique de la Patte d'Oie par contre, il a fallu répartir les élèves dans plusieurs salles pour que les mesures soient respectées. « Nous avions 56 élèves au Cours moyen deuxième année (CM2).

Nous avons donc divisé cet effectif en trois. Comme tous les enseignants ont été réquisitionnés d'office, les cours se déroulent normalement », indique le directeur de l'école « B », Bertrand Ouédraogo. Là-bas, également c'est un cours sur la COVID-19 qui est dispensé aux apprenants. Quant au matériel, rassure-t-il : « Chaque élève a reçu deux cache-nez.

Les dispositifs de lave-mains et le savon nous ont été envoyés par notre ministère. Toutes les conditions sont réunies pour une reprise des cours ». La tournée a pris fin au lycée professionnel régional du Centre où les apprenants en année de Certificat d'aptitude professionnelle (CAP) se sont remis à la tâche dans leurs différents ateliers.

Dans ces établissements visités, le ministre a invité les élèves à être des ambassadeurs de lutte contre la maladie dans leurs familles. Il a les appelés à un respect strict des mesures barrières. « Notre objectif est de suivre au jour le jour la situation.

Nous ne souhaitons pas qu'il y ait un cas de COVID-19 dans un établissement. Sinon, nous serons obligés conformément aux directives du gouvernement, de mettre cet établissement en quarantaine pendant deux semaines. Et cela va handicaper ses élèves », prévient-il. Les cache-nez, poursuit-il, seront mis à la disposition des écoles au fur et à mesure.

« A la date d'aujourd'hui, nous n'avons pas encore eu la quantité suffisante pour tous les établissements du pays. Régulièrement des équipes partiront de Ouagadougou pour livrer aux écoles, parce que les autres régions ont du mal à produire suffisamment de masques », conclut le ministre Ouaro.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.