Burkina Faso: Pastoralisme - Le Larlé Naba promeut l'élevage intensif

La ville de Pô dans la province du Nahouri a abrité la Journée de l'éleveur, organisée par l'Association pour le développement et la modernisation de l'élevage au Faso, le jeudi 28 mai 2020. A l'occasion, le Larlé Naaba Tigré, parrain de la cérémonie, a invité les éleveurs à la sédentarisation.

Le Larlé Naaba s'est lancé dans un autre combat, celui de promouvoir l'élevage intensif au Burkina Faso. En effet, le jeudi 28 mai 2020, le coutumier a parrainé la journée de l'éleveur, organisée par l'Association pour le développement et la modernisation de l'élevage au Faso à Pô dans la province du Nahouri.

A cette occasion, le ministre du Moogho Naaba a indiqué qu'il est temps pour les éleveurs de converger vers la sédentarisation.

Car, a-t-il expliqué, ce modèle permet d'industrialiser et d'augmenter sensiblement les rendements. « Ce type d'élevage par le confinement des bêtes est particulièrement favorable en ce sens que le fermier peut profiter du fumier et autres excrétas pour enrichir ses terres agricoles.

Aussi, il contrôle mieux son bétail sur le plan sanitaire et nutritionnel», a justifié le Larlé Naaba. Ce faisant, le coutumier a expliqué à ses hôtes le processus de fabrication d'aliments pour bétail à l'aide d'herbes sèches et de l'urée.

Une méthode d'embouche baptisée « la technique de la paille à l'urée » et qui favorise une bonne alimentation du cheptel.

Selon lui, les ingénieurs agronomes soutiennent que l'azote contenu dans l'urée contient des nutriments utiles pour les animaux.

« Avec des techniques de fabrication d'aliments nutritifs, mon cheptel est constamment en bonne santé et les vaches produisent parfois dix litres de lait par jour », a expliqué le gardien des traditions à ses interlocuteurs.

L'expérience du Larlé Naaba

Dans la foulée, il a invité les pasteurs à bien effectuer un déplacement dans sa ferme à Dapelogo afin de toucher du doigt le travail d'élevage qui s'y déroule sous son leadership. Pour le président de l'Association pour le développement et la modernisation de l'élevage au Faso, Hamidou Diallo, les éleveurs veulent révolutionner le secteur, changer le modèle actuel d'élevage.

« Comme l'intitulé de notre association, nous œuvrons pour la modernisation de l'élevage au Burkina. Les espaces pastoraux se font rares, et il est important d'aller à l'intensification. Avec l'accompagnement du Larlé Naaba, nous y parviendrons », a rassuré M. Diallo. Il a expliqué que les troupeaux sont de plus en plus grands, et le seul moyen de les gérer confortablement est la fixation.

Mais en attendant l'effectivité de cet élan, M. Diallo plaide pour la création des zones pastorales dans la province du Nahouri notamment dans la bande frontalière avec le Ghana, la délimitation des couloirs de transhumance vers les marchés à bétail (marché de Guelwongo par exemple).

L'ensemble des éleveurs des zones limitrophes du pays (Pô, Dakola, Tiébélé, Guelwongo, Zéco, Ziou... ) ont salué l'appui du Larlé Naaba dans la mise en œuvre de leur projet de développement.

«A chaque fois, nous bénéficions de l'aide du Larlé Naaba que ce soit les forages, les tourteaux ou les ambulances » ont reconnu les éleveurs du Nahouri.

En se déplaçant à Pô, le chef a apporté avec lui des sacs d'aliments pour bétail d'une valeur estimée à près de 500 000 F CFA pour soutenir l'association organisatrice de la journée.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.