Madagascar: Amparafaravola - Un homme meurt de paludisme grave

Le paludisme a eu raison d'une personne venue travailler à Amparafaravola. Une opération de riposte contre la maladie est en cours dans ce district.

Un jeune de 22 ans succombe à un paludisme grave à l'hôpital de Tanambe Amparafaravola, la semaine dernière. Originaire d'Antanifotsy Antsirabe, le jeune homme était venu travailler pour la récolte de riz dans ce district. Contractant le paludisme, il a été hospitalisé la veille de son décès. « On m'a communiqué que vers 23 heures, jeudi dernier, un jeune homme a été admis au centre hospitalier de Tanambao Amparafaravola », indique le docteur Henri Patrick Rakotomalala, responsable du paludisme, au niveau du district d'Amparafaravola.

« Le paludisme était grave. On m'a aussi informé que la personne avait une plaie infectée. Il avait de la fièvre. Son état était critique », enchaîne-t-il. Le retard de prise en charge a conduit au décès du patient. « Il était déjà fatigué lorsqu'il est arrivé dans le CSB, alors que son entourage lui avait déjà conseillé d'aller au niveau du CSB2. La dépouille a été renvoyée à Antanifotsy Antsirabe».

Risposte

Dans ce district, une recrudescence de la maladie a été constatée depuis le début de l'année, toutefois les cas de paludisme sont en baisse. « Le taux de létalité est minime pour le district d'Amparafaravola, il avoisine 0,70% », explique le Docteur Rakotomalala. C'est dans le district d'Amparafaravola, la commune de Morarano Chrome ou Ambohijanahary qu'il y a le plus de cas.

Un programme de riposte contre le paludisme est engagé dans ce district actuellement. La prise en charge au niveau des centres sanitaires a été renforcée. « Nous avons effectué une descente à Tanambao, vendredi dernier. En termes d'intrants, les formations sanitaires sont approvisionnées et aucune rupture n'a été constatée », ajoute le docteur Rakotomalala. Deux semaines de CAID ont été également organisés dans le district au niveau de la Commune de Tanambe Amparafaravola. Le retard de la prise en charge au niveau des formations sanitaires constitue l'un des problèmes de la population, malgré les sensibilisations.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.