Madagascar: Gestion de Crise par le Gouvernement - Un cadre d'évaluation des actions, proposé par les économistes

interview

Le régime, coincé entre la crise sanitaire et la crise économique, doit optimiser ses ressources pour faire face à une double crise de légitimité économique et sociale, selon les économistes Mamisoa Fredy Andriamalala et Rado Ratobisaona. Interview croisée.

D'où est née cette idée de proposer une méthodologie pour évaluer la performance du Gouvernement dans la lutte contre le Covid-19 et le redressement économique et social ?

 MFA.Il s'agit d'une initiative menée en tant qu'acte citoyen fondé sur le contrôle participatif des gouvernants, exercé par les gouvernés. Le cadre d'évaluation a été concocté par ma personne - Fredy Andriamalala, Consultant, Professeur des Universités et Chercheur spécialisé dans les Sciences Politiques, l'Économie et la Politique de développement - en collaboration avec l'économiste le Dr Rado Ratobisaona, ancien PCA du CREM (Cercle de Réflexion des Économistes de Madagascar).

Au vu du contexte actuel, l'amélioration du fonctionnement de l'Etat dans la gestion de la crise de Covid-19, c'est-à-dire l'accroissement de l'efficacité du Gouvernement dans la lutte contre ce fléau est le moyen pertinent pour rétablir la légitimité de l'Etat vis-à-vis de la population et des acteurs économiques. Pour ce faire, le président de la République, qui ne cesse de multiplier ses efforts, devrait évaluer les actions gouvernementales. Cette évaluation est un outil de Management public. La méthodologie que nous proposons vise à aider le Président et le Gouvernement à se rapprocher des citoyens qui exercent une pression de plus en plus accrue, dans le dessein d'améliorer la gestion des affaires publiques.

A quoi serviront les résultats de l'évaluation ?

MFA. L'évaluation de la performance du gouvernement semble sujette à controverse pour le Régime, l'opposition et les partenaires internationaux.

Pour les partenaires internationaux, l'aide et le financement accordés sont conditionnés par la performance quantifiable du Gouvernement des pays récipiendaires de leurs aides. En cas de performance négative, ils prennent des sanctions unilatérales qui se traduisent par une diminution de l'aide et le report des dates de déblocage des fonds.

Quant à la population, l'évaluation de la performance du gouvernement est souvent fondée sur les critères Réalisations et Résultats palpables à court terme. Si l'évaluation est négative, elle s'efforce à tout prix, avec l'aide de la société civile, de discréditer le Gouvernement en demandant un remaniement ou un changement du Gouvernement.

Pour le président de la République, son jugement sur l'efficacité des actions du Gouvernement est à la fois conditionné par l'aspect relationnel avec les membres du gouvernement, d'une part et la performance positive de chaque département ministériel, d'autre part. En cette période de crise, la décision du président de la République devrait se baser sur la légitimité et la crédibilité des critères de performance du Gouvernement.

Quel type de collaborateurs scientifiques permettrait d'accroître la performance du Gouvernement ?

Rado Ratobisaona (RR). La présence des techniciens bardés de diplômes de haut niveau ne n'est pas nécessairement synonyme de Manager Public performant car connaissance ne rime pas toujours avec compétence « capacité à tenir un poste ». Il incombe au président de la République d'identifier les collaborateurs de bonne volonté intègres et performants car il en existe plusieurs types. On peut citer le « Collaborateur dans sa tour d'ivoire » qui cherche à appliquer la « science pure » et s'intéresse avant tout à l'aspect esthétique de ses conseils, théories et discours sans tenir compte la réalité exacte ; le « Collaborateur-Astronome » qui se considère comme un observateur objectif et neutre, à l'extérieur de la réalité ou problème à résoudre. Comme l'astronome qui n'est pas responsable du mouvement des étoiles et qui n'assume pas aucune responsabilité quant aux conséquences de ses conseils et prévisions ; le « Collaborateur-technocrate pure » qui possède des conseils et modèles globaux d'action et cherche à imposer et adopter ses idées sans modification ; et le « Collaborateur et Manager-Public pragmatiques » qui sont capables d'entretenir des dialogues et relations mutuelles dialectiques dans différents domaines d'intervention. Ce sont des Légitimateurs et Propagandistes Scientifiques de la politique gouvernementale. Ils sont capables de prévoir les conséquences positives et les retombées négatives des décisions que le président de la République a pris ou va prendre pour accélérer le développement. Bref, Madagascar a besoin de nouvelles formes de Management des Politiques publiques en identifiant des vrais technocrates pragmatiques-Managers publics performants ayant une vision semblable à celle du président de la République pour accroître la performance de son gouvernement et rendre par la suite Madagascar un nouveau pays émergent.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.