Burkina Faso: Le gouverneur Casimir Seguéda au chevet des blessés évacués au CHR de Kaya

Une délégation régionale du Centre-Nord, conduite par le gouverneur Casimir Séguéda, a rendu visite aux blessés militaires et civils de l'attaque terroriste de Barsalogho qui ont été évacués au Centre hospitalier régional de Kaya. C'était dans la matinée du lundi 1er juin 2020.

C'est à 9 heures 40 minutes que le gouverneur du Centre-Nord, Casimir Séguéda, et sa suite ont été accueillis devant le bâtiment administratif du CHR par le directeur général de l'institution sanitaire, Auguste Joël Somda.

Après des salutations orales, covid 19 oblige, la délégation régionale a été conduite par le DG du CHR au service de la chirurgie où sont hospitalisés les blessés qui ont été évacués du Centre médical avec antenne chirurgicale (CMA) de Barsalogho.

Le chef du service de la chirurgie, Ousmane Diallo, a fait le point de la situation sanitaire des blessés au gouverneur Casimir Séguéda. Son service, a-t-il indiqué, a reçu 8 blessés évacués tous du CMA de Barsalogho. « Les lésions étaient surtout dominées par des blessures au niveau des parties molles », a précisé le chirurgien.

Et d'expliquer que la prise en charge initiale a consisté à corriger les pertes sanguines, à mettre des antibiotiques et à faire un parage des plaies. Un des blessés, qui présentait une fracture ouverte au niveau de la cuisse, a été par la suite transféré dans une formation sanitaire de Ouagadougou.

Au dire du chef du service de chirurgie du CHR, l'état de santé des 7 blessés toujours hospitalisés est rassurant.

Le CHR prévoie de libérer des évacués de Barsalogho qui ne présentent pas de lésions physiques visibles. Ceux-ci, a dit le chirurgien Ousmane Diallo, souffrent surtout de traumatisme psychologique et ont besoin d'une prise.

Le gouverneur du Centre-Nord a adressé les encouragements de la Nation au personnel soignant. Le premier responsable administratif de la région et sa suite ont effectué ensuite une visite guidée dans les salles d'hospitalisation pour soutenir moralement les blessés et leur souhaiter un prompt rétablissement.

En rappel, une attaque terroriste a été perpétrée le samedi 30 mai 2020 aux environs de 16h contre un convoi humanitaire de retour d'une mission d'approvisionnement en vivres au camp des personnes déplacées internes de Foubé, une bourgade de la commune rurale de Barsalogho.

Ledit convoi était escorté par des éléments du 11e escadron de la gendarmerie mobile de Kaya et suivi par une équipe d'évacuation sanitaire du poste de santé du camp des déplacés de Foubé et de nombreux civils à motos et dans des tricycles.

L'attaque, perpétrée par une centaines d'individus lourdement armés, selon les témoignages, a eu lieu sur l'axe Foubé-Barsalogho, précisément à Bilbalgo, un village situé à une vingtaine de kilomètres de Barsalogho-centre.

Le bilan, encore provisoire, fait état de 7 gendarmes tombés, de 6 civils assassinés dont Zidnaba Amidou, infirmier de la Croix-Rouge en service au camp des déplacés de Foubé, Ouédraogo Salif, chauffeur d'une ambulance qui évacuait des malades au CMA de Barsalogho, des portés disparus et d'importants dégâts matériels.

L'on dénombre également 48 blessés dont 40 sont pris en charge au CMA de Barsalogho.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.