Cameroun: « Notre priorité reste la sensibilisation »

interview

Paul Atanga Nji, ministre de l'Administration territoriale.

Vous avez présenté une communication lors du dernier Conseil de cabinet sur l'exploitation des débits de boisson dans ce contexte de crise sanitaire. Qu'est-ce qu'on peut en retenir ?

Le Premier ministre, chef du gouvernement a demandé au ministre de l'Administration territoriale d'instruire les autorités administratives de respecter les mesures barrières dans la riposte contre le Covid-19. Le chef du gouvernement est parti d'un constat simple : les heures d'ouverture et de fermeture n'étaient pas toujours respectées par les propriétaires de ces espaces. Le problème se pose surtout en ce qui concerne les heures de fermeture. Nous avons dû saisir les autorités administratives compétentes, avec en tête les gouverneurs pour une application des dispositions du décret du 9 novembre 1990 qui fixe les conditions et les modalités d'exploitation des débits de boisson. A titre de rappel, les heures de fermeture, pour les ventes à emporter c'est 21 h et pour les vente à consommer sur place c'est minuit. Nous sommes dans le cadre de l'application des mesures édictées par Monsieur le président de la République pour faire face à la propagation de la crise sanitaire actuelle.

Il y a donc un problème en ce qui concerne le respect de la réglementation en la matière ?

Le Premier ministre a constaté un léger relâchement à ce niveau. Les autorités administratives sont appelées à ramener les propriétaires des débits de boisson à l'ordre. Lorsque le chef de l'Etat parle d' « union sacrée » dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, nous pensons que les propriétaires de ces lieux ont un rôle à jouer également. Celui-ci est important. Pour la haute hiérarchie, le président de la République et le Premier ministre, j'entends, la priorité reste la sensibilisation et l'éducation des masses. C'est donc dans le souci de recadrer les choses que le Premier ministre a instruit le ministre de l'Administration territoriale de demander aux autorités administratives de veiller au respect de la législation.

Rappelez-vous que dans son important message à la Nation le 19 mai dernier, le président de la République a indiqué que la négligence d'un seul individu peut avoir des conséquences graves sur le reste de la société. C'est du reste conscient de la gravité de la crise sanitaire actuelle que le chef de l'Etat est intervenu à plusieurs niveaux. Il y a d'abord eu le don aux 360 arrondissements, et ensuite l'important don de masques pour les couches les plus vulnérables de la population. Celle-ci a du reste beaucoup apprécié ce geste du président de la République parce qu'il apportait des réponses concrètes à des problèmes précis. Maintenant, il nous revient, en tant que tutelle des autorités administratives, d'amener les populations au respect des mesures barrières qui, elles seules contribuent grandement à freiner la propagation du virus. Nous mettons l'accent sur la sensibilisation et l'éducation.

C'est pourquoi, lorsqu'un sous-préfet arrive dans un débit de boisson, il doit mener la sensibilisation sur la distanciation physique des personnes. Ceci peut consister à réduire le nombre de tables d'accueil dans les débits de boisson. Cela se fait après concertation avec le propriétaire. Il y a certes des récalcitrants, mais nous œuvrons à réduire cela. Nous devons comprendre, comme l'a dit le chef de l'Etat qu'il y a une responsabilité individuelle et collective qui est fondamentale dans la bataille que nous menons contre le Covid-19.

La lutte contre le covid-19 rentre dans une nouvelle phase avec la reprise des classes. Quel rôle les autorités administratives jouent-elles à ce niveau ?

Des instructions précises du prési- dent de la République ont été répercutées aux chefs des départements ministériels concernés par le Premier ministre, chef du gouvernement pour que les enfants puissent reprendre l'école en toute sécurité. Des mesures ont été prises. L'école a repris. Les autorités administratives les accompagnent pour veiller à ce que ces mesures soient respectées. Elles vont le faire entièrement.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.