Gabon: COVID-19-Libreville - Ambiance dans les rues à l'heure du couvre-feu

En cette période de crise sanitaire du Covid-19, le gouvernement gabonais a jugé utile d'instaurer un couvre-feu qui débute à partir de 6h00 du soir et prend fin à 06h00 du matin afin de freiner l'évolution de la maladie. L'effectivité de la mesure change les habitudes des populations, comme nous l'avons constaté ce dimanche en sillonnant le sixième arrondissement de Libreville, la capitale gabonaise.

Nous avons sillonné le sixième arrondissement de Libreville, partant du PK07 à Nzeng-Ayong pour voir comment la période du couvre-feu est vécue par les populations. Il est 17h00, lorsque nous commençons à circuler dans le sixième arrondissement de Libreville, à bord d'un véhicule. À cette heure, nous voyons une population qui circule dans les rues et les ruelles de l'arrondissement en accélérant les pas. Quand l'heure du couvre-feu ( 18h00 ) sonne, les pas pressés s'accélèrent et les véhicules se suivent à une vitesse de compétition. On a l'impression d'assister à une course de formule F1.

Il est 18h00 passées de 13 minutes, lorsque nous arrivons devant un poste de contrôle au quartier Sibang 3. La course entamée par les véhicules s'estompe sur le regard des forces de l'ordre qui font un travail remarquable : vérifications des dossiers des véhicules, pédagogie auprès des chauffeurs qui ne respectent pas les mesures barrières par le non-port du masque et le transport des personnes assises côté chauffeur.

À notre arrivée à Nzeng-Ayong (Rond-Point), il est près de 18h30 minutes et les rues sont fantomatiques. Les rares personnes que nous croisons sur la route habitent non loin de là. Ils n'ont pas le temps de nous dire un mot, car ils veulent être chez eux le plus vite possible. « Oh, je n'ai pas le temps de répondre à vos questions. Je dois être dans mes quatre murs dans les minutes qui suivent... », témoigne un riverain. Ce monsieur comme tous les autres que nous avons vus dans les rues, s'efforce de respecter les mesures édictées par les autorités au risque de s'exposer à des sanctions.

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.