Afrique: Etats-Unis. Des émeutes embrasent le pays

Manifestations liées à la mort de George Floyd à Washington DC. Lafayette Square le 30 mai 2020.

Le centre de Manhattan a été le théâtre de pillages lundi soir, en réaction à la mort de George Floyd lundi dans le Minnesota, nouveau symbole des brutalités policières envers la minorité noire.

Des enseignes de marques, tels Nike ou Michael Kors sur la 5e Avenue, ou d'électronique dans d'autres grandes rues de Midtown ont été pillés en début de soirée, avant l'entrée en vigueur d'un couvre-feu inédit à partir de 23h00 locales. Des groupes de jeunes, souvent une dizaine, circulaient d'une rue à l'autre, tandis que des rues entières de ce quartier en temps normal très touristique mais déserté avec la pandémie, étaient bloquées par la police. Des images de la télévision locale NY1 ont notamment montré des jeunes sortant en courant d'un magasin d'électronique de la chaîne Best Buy avant d'être appréhendés par la police.

Des commerces au sud de Manhattan ont subi le même sort. Certains sur les réseaux sociaux affirmaient que le célèbre grand magasin Macy's avait aussi été ciblé par les pillards, mais la police n'a pas immédiatement confirmé ces informations, indiquant simplement que de nombreux magasins avaient été ciblés et des personnes arrêtées "par centaines".

Le maire Bill de Blasio a décidé que le couvre-feu commencerait dès 20h mardi, au lieu de 23h lundi. "La ville est totalement sous contrôle, et pour l'essentiel calme et paisible", a-t-il néanmoins assuré. L'imposition d'un couvre-feu avait été annoncée quelques heures plus tôt par le maire et le gouverneur Andrew Cuomo, après des manifestations et des pillages pendant le week end, notamment dans le quartier de SoHo.

La capitale économique américaine emboîtait ainsi le pas à une quarantaine d'autres villes ayant imposé des couvre-feux face aux émeutes qui ont embrasé le pays après la mort d'un homme non armé, George Floyd, lundi dans le Minnesota, nouveau symbole des brutalités policières envers la minorité noire.

Juste après 23 heures, une centaine de personnes se sont retrouvées dans le calme devant le Barclays Center à Brooklyn, théâtre de grandes manifestations ces derniers jours. Elles ont mis le genou à terre en hommage aux victimes de ces brutalités. Des policiers les ont observés à distance, sans les interpeller malgré cette violation formelle du couvre-feu.

Alors que New York était confronté à ces pillages, le président Donald Trump annonçait depuis Washington le déploiement de milliers de soldats lourdement armés et policiers à Washington pour mettre un terme "aux émeutes" et "aux pillages".

Le maire De Blasio, un démocrate, a dénoncé "les termes belliqueux" et la "rhétorique polarisante" du président républicain, qui joue sa réélection en novembre. "Ce ne sont pas ses déclarations des dernières heures qui ont causé tout cela, c'est ce qu'il a fait ces dernières années qui y a contribué", a-t-il affirmé.

A La Une: USA, Canada et Afrique

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.