Congo-Kinshasa: Trois ans après sa mort - La famille Kenzo Mukendi réclame l'ouverture d'un procès

1er juin 2017 - 1er juin 2020, il y a trois ans, jour pour jour, mourrait le trésorier général adjoint du comité olympique congolais (COC) et secrétaire général de la Fédération congolaise de taekwondo, Monsieur Mukendi Tshimanga Franck dit "Me Kenzo", de manière brusque et inattendue, alors qu'il revenait d'une réunion avec ses pairs du mouvement sportif.

Commémorant le troisième anniversaire de sa disparition, la famille Kenzo Mukendi réclame l'ouverture d'un procès pour éclairer les péripéties de cette mort, qu'elle a toujours qualifiée d'empoisonnement.

"La famille Tshimanga continue à attendre avec tristesse l'ouverture du procès de Maître Kenzo Mukendi, en vue d'élucider les circonstances de cet assassinat par empoissonnement, afin que tous les auteurs de ce crime macabre soient connus et sanctionnés selon les prescrits de l'Etat de droit que nous voulons tous voir dans notre pays", déclare la sœur du défunt, Carol KapingaTshimanga, dans un communiqué de presse.

Pour sa part, la veuve Sandrine Tomaku, dont les larmes n'ont jamais cessé de couler, regrette le fait qu'elle ne peut même pas organiser une messe d'action de grâce en mémoire de son défunt époux, en cette période où les églises n'existent presque plus suite à la pandémie de Covid-19.

«Il y a des larmes qui ne cessent jamais de couler. Des vides qui ne se comblent jamais, des souvenirs qui ne s'effacent pas et des personnes qu'on ne remplacera jamais. Voici 3 ans déjà depuis que Me Kenzo Mukendi est parti. Nous nous sommes recueillis ce jour devant sa tombe à la Nécropole Entre Terre et Ciel de la N'sele. Mais, compte tenu de la fermeture des églises due à la Pandémie du COVID-19, nous ne saurions malheureusement pas organiser une messe en sa mémoire comme escomptés. A toutes et à tous, nous vous exhortons à garder une pensée pieuse en sa mémoire », a-t-elle écrit sur sa page Facebook.

Me Frank Kenzo Mukendi est décédé le 1er juin 2017, aux Cliniques Universitaires de Kinshasa. Pourtant, il était bien portant la journée, et très engagé dans ses occupations quotidiennes. C'est à son retour à la maison, le soir, qu'il a eu des malaises terribles, avant d'être conduit à l'hôpital, où sa mort sera constatée. Une semaine après, soit le vendredi 8 juin, Me Kenzo a été pleuré à la Foire Internationale de Kinshasa (Fikin), et porté en terre, le samedi 9 juin, à la Nécropole Entre Terre et Ciel où il repose pour l'éternité. Tout le mouvement sportif s'était déployé pour rendre un vibrant hommage à ce grand mécène du sport, lui, qui avait fait parler de ses talents et de son sens de leadership dans l'encadrement des jeunes.

Il était un jeune politique plein d'avenir

Me Kenzo, faut-il ajouter, était également Secrétaire National en charge de la jeunesse au pprd, et sa côte de popularité ne faisait que monter suite à son ferme attachement à la jeunesse. C'est à ce titre que l'ancien secrétaire général du PPRD, le professeur Evariste Boshab, très consterné par la mort de celui qui était comme son fils politique, lui avait rendu un dernier hommage en ces termes : «Kenzo, on ne meurt pas de cette manière à cet âge. Une étoile ne peut pas s'éteindre si elle n'a pas encore fini sa trajectoire. Les circonstances de ta mort mon cher fils, ont surpris tout le monde. Je veux te faire maintenant une promesse solennelle cher Franck Kenzo Mukendi : les auteurs de ta mort ne resteront pas impunis. Qu'eux ne meurent jamais... ».

Pour rappel, Me Kenzo est décédé pendant qu'il y avait un conflit au Comité olympique congolais (COC) et les fédérations congolaises. Kenzo était même nommé Vice-président de la Commission ad-hoc devant gérer ce conflit. Son décès intervient pendant que la crise continue à déchirer les deux parties.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.