Congo-Brazzaville: Assemblée nationale - Dix-neuf affaires inscrites à l'ordre du jour de la neuvième session ordinaire

Le président de la chambre basse du parlement, Isidore Mvouba, qui a ouvert le 2 juin les travaux de cette session ordinaire administrative a invité les députés à donner le meilleur d'eux-mêmes afin d'examiner et d'adopter ces affaires d'importance capitale.

Parmi les dix-neuf affaires retenues à l'ouverture des travaux, il y a celles relatives à l'apatridie, au droit d'asile, au statut de réfugié ainsi qu'aux droits civils et politiques. L'Assemblée nationale aura également à examiner le projet de loi autorisant la ratification du protocole à l'Acte constitutif de l'Union africaine (UA) relatif au Parlement panafricain. Selon Isidore Mvouba, après la célébration de la Journée mondiale de l'Afrique, il serait de bon aloi que les députés puissent focaliser toute leur attention sur l'Acte constitutif de l'UA . «...le siège de ce Parlement est à Midrand en Afrique du Sud et les parlementaires congolais qui y siègent ont déjà prêté serment », a-t-il rappelé.

Au cours de cette session qui s'achèvera le 13 août prochain, les députés sont appelés à examiner des sujets liés aux nouvelles technologies. A l'ère du numérique, il revient aux élus du peuple de pencher, a-t-insisté, avec minutie sur la problématique de la cyber sécurité et la protection des données à caractère personnel.

« Aujourd'hui, comme vous le savez, les données personnelles circulent sur la toile, en grand volume et à une vitesse exponentielle, mettant ainsi leurs propriétaires sous un projecteur perpétuel capable d'attirer les Hackers. Cela veut dire que sécuriser le cyberespace devient une nécessité vitale. De ce fait, adapter le Congo au siècle du numérique, comme vous l'avez compris, est une nécessité impérieuse », a-t-il poursuivi, rappelant que les derniers déploiements de la visioconférence dans le pays devraient interpeller les députés.

L'Assemblée a également inscrit à l'ordre de sa session le projet de loi autorisant la ratification de la convention sur la sûreté nucléaire ; celui portant l'adhésion à la convention commune sur la gestion du combustible usé sur la sûreté de la gestion des déchets radioactifs. Il s'agira aussi d'approuver le projet de loi autorisant la ratification du protocole instituant la commission climat du Bassin du Congo ; le projet de loi portant institution du cadastre national foncier. Les autres affaires concernent le projet de loi autorisant la ratification de l'accord de transport aérien entre le Congo et les Etats-Unis d'Amérique ; le projet de loi autorisant la ratification de l'amendement de Kigali au protocole de Montréal relatif aux substances qui appauvrissent la couche d'ozone. « Je vais vous demander d'examiner avec perspicacité, comme vous savez le faire, les affaires touchant à la sûreté nucléaire, la gestion du combustible usé, des déchets radioactifs et de la couche d'ozone. En même temps, toutes les questions d'orientation de l'action sociale ainsi que de l'économie et de la coopération internationale mériteraient d'être traitées avec célérité », a exhorté Isidore Mvouba.

Abordant l'aspect Covid-19, le président de l'Assemblée nationale a rappelé que l'ouverture de cette session coïncide avec la reprise des classes pour les candidats aux différents examens d'Etat. « Dans ce cadre, l'opération de dépistage à grande échelle des enseignants, commencée à Brazzaville, devrait se poursuivre sans délai dans les autres villes des zones de circulation active du virus. A ce jour, aucun enseignant n'a été déclaré positif. C'est une bonne nouvelle. Notre pays vient d'éviter la menace d'une année blanche du fait de la pandémie Covid-19. C'est une bonne fortune », s'est-il réjoui.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.