Madagascar: Déplacements maritimes illicites - Un avion et cinq bateaux militaires traquent les « évadés »

L'armée malgache a mis en place dans le Nord-Est et le Nord-Ouest des zones maritimes de protection et d'intervention contre le coronavirus. Le canal des Pangalanes est également tenu à l'œil.

L'armée en tête de front dans la lutte contre la propagation de la pandémie du coronavirus. Une flottille de bateaux et d'embarcations militaires, appuyée par un avion léger, sont mobilisés dans la surveillance des côtes ainsi que le ratissage du canal des Pangalanes. Dans la partie Nord-Ouest de Madagascar et sur les côtes de Nosy Be Helville, l'armée a instauré la Zone Maritime de Protection contre l'Insécurité (ZMPI), visant à contrecarrer toute immigration inter-frontalière et déplacement inter-régional prohibés. Dans cette partie Nord du Canal de Mozambique, les bateaux militaires V15, Mailaka et Akio surveillent le large.

Depuis samedi, le vaisseau amiral Trozona s'est joint à l'opération après que l'État major général des armées a eu vent d'un angle mort susceptible de constituer une brèche potentielle dans la partie de l'île au parfum. Doté d'un équipage paré à toute éventualité, ce bateau qui se hisse parmi les fleurons de la flotte de l'armée navale malgache a fait cap jusqu'aux côtes de Saint Sébastien pour y prendre position et mener des patrouilles.

Résultats positifs

Pour la flottille du Nord-Ouest, des résultats positifs sont enregistrés. En quelques jours, trois tentatives ont été prises à contre-pied. Après avoir essayé d'atteindre la terre ferme à bord d'embarcations et de voiliers, les personnes concernées ont été interceptées en mer et des contrôles sanitaires ont été d'emblée effectués. Des enquêtes plus poussées ont révélé que ces personnes, de nationalité malgache, sont restées en mer pendant des jours et des semaines, détachées de toute information sur l'évolution de la crise sanitaire qui sévit, ainsi que des mesures y afférentes. De ce fait, les hommes de l'armée navale ont préconisé une mise en quarantaine en mer avant qu'elles ne puissent poser les pieds sur la terre ferme. Outre les bateaux en question, deux cent militaires ont été dépêchés dans le Nord.

Principal foyer national de coronavirus, Toamasina et le littoral Nord-Est sont sous haute surveillance militaires. Une zone Maritime de Protection et d'Intervention (ZMPI) y est établie. Afin d'y apporter une note d'efficacité, le bateau militaire V13 sillonne les mers dans la partie de Sainte Marie et de Soanierana Ivongo pour scruter à la loupe les flux maritimes et y débusquer les transports illicites de personnes.

Sur le canal des Pangalanes, deux zodiaques Argo de l'armée traquent les déplacements clandestins de personnes, allant outre les interdictions mises en vigueur dans le cadre du confinement. Un avion léger Tétras piloté par les as de la voltige aérien de la Base Aéronavale Tactique (BATAC) à Arivonimamo fourni un appui aérien imparable.

« Outre l'avion, les bateau ainsi que les deux vedettes rapides pouvant accueillir chacune dix personnes, deux cents soixante-huit militaires sont dépêchés à Toamasina », explique le général de division Rabenaivoarivelo, Chef de l'État Major des Armées (CEMA).

Les opérations conduites sur le canal des Pangalanes ont connu des retentissements plutôt réjouissants en peu de temps. Six jours après le coup d'envoi, onze personnes ont été interceptées.

Par ailleurs, les deux zodiaques ne sont opérationnels que depuis samedi mais seize autres individus se sont déjà faits prendre dans les mailles des filets », poursuit-il.

L'un des zodiaques Argo appareille depuis le Nord en passant par Manambato et Mahanoro tandis que le deuxième remonte le canal des Pangalanes depuis Farafangana pour remonter vers Manakara, avant qu'ils ne se rejoignent.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.