Tchad: La Première dame porte plainte contre un ancien ministre après une vidéo virale

Mme Hinda Deby Ino, premère dame du Tchad

Au Tchad, une guerre d'interprétation oppose des avocats autour de l'immunité d'un fonctionnaire international tchadien qui s'en est violemment pris à la première dame et sa fondation dans une vidéo.

Malgré sa suspension par la Commission économique et monétaire des états de l'Afrique centrale (CEMAC), la justice tchadienne n'a toujours pas entendu Yaya Dilo.

Le 7 mai dernier, l'ancien ministre Yaya Dillo s'en prend dans une vidéo à la première dame du Tchad, Hinda Déby Itno, mais surtout à sa fondation, Grand Coeur, qui venait de signer une convention avec le comité en charge de la lutte contre le Covid-19.

Cet accord est qualifié de « conflit d'intérêt » par Yaya Dillo. La vidéo devient virale et quelques jours après, la Première dame et sa fondation portent plainte et font leur déposition à la police judiciaire.

Mais Yaya Dilo n'a toujours pas été entendu par la police, ce que dénonce un des avocats de l'épouse du chef de l'État, maître Mbaigangnon Athanase. « Plusieurs convocations ont été émises pour auditionner le mis en cause, mais en vain, explique-t-il.

Le parquet, censé prêter main forte pour interpeller le mis en cause est resté inerte, faisant croire qu'il existe au Tchad une justice à double vitesse. Il est à rappeler dans le cas d'espèce, qu'il s'agit d'un citoyen comme tout autre. Nous devons respecter les législations en vigueur ».

Faux, répond maître Frédéric Dainonet qui défend l'ancien ministre. « C'est un fonctionnaire international de la CEMAC, rappelle-t-il.

Même s'il est vrai qu'il a été suspendu de sa fonction de représentant de la CEMAC au Tchad, cela ne lui ôte pas son statut de fonctionnaire de la communauté dans la mesure où son contrat est toujours en cours. Monsieur Yaya Dilo jouit de ses privilèges et immunités ».

Au-delà de l'affrontement juridique, la résistance du fonctionnaire international traduit aussi un malaise au sein du pouvoir.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.