Madagascar: Face-à-face à Anosikely - Les sénateurs moins virulents face aux ministres

Christian Ntsay et son équipe ont su convaincre les sénateurs

Les membres du gouvernement, dirigés par le premier ministre, ont passé, hier, une journée non-stop avec les sénateurs, dont la majorité appartient à l'opposition, dans le cadre de l'habituelle séance de face-à-face requise par les dispositions constitutionnelles.

Le gouvernement a défendu son bilan devant le Sénat. L'exercice a été bien réussi par le team Ntsay, même si la séance tombe à pic dans une conjoncture difficile pour l'Exécutif qui affronte la crise du Coronavirus dont les conséquences économiques et sociales sont dévastatrices. Mais si on s'attendait à des sénateurs plus offensifs, les locataires d'Anosikely ont été moins virulents hier. Les échanges ont été cordiaux, voire moins percutants de la part des membres de la Chambre haute.

En effet, face aux sénateurs, le chef du gouvernement, droit dans ses bottes hier, a étalé avec brio les « réussites » de l'Exécutif durant ces six derniers mois. La « maîtrise » de la crise sanitaire a été placée au centre du dispositif de Christian Ntsay pour argumenter sur les différents points marqués par son équipe, dont certains n'ont pas pu assister à la séance d'hier. Réussite des opérations de sécurisation rurale dans plusieurs localités classées rouges, travaux de réhabilitation de routes toujours en cours malgré la crise, réhabilitation et construction de nouvelles infrastructures éducatives dans un contexte difficile... tels sont, entre autres, les sujets qui ont été développés hier par l'Exécutif devant les sénateurs.

Ravage. Pour endiguer la propagation du Covid-19 au pays « les tests ont été multipliés, et les centres hospitaliers équipés », résume Christian Ntsay. Dans ce cadre, par exemple, les centres hospitaliers universitaires et les centres hospitaliers de référence de district dans les régions Atsinanana et Analamanga ont été équipés de 70 respirateurs, poursuit-il. Et les mesures sanitaires prises ont respecté les normes internationales en la matière, note-t-il au passage. Quant à l'épidémie de paludisme et de Dengue qui touchent actuellement quelques localités du pays, faisant des ravages et des morts, dorénavant l'Etat va miser, annonce le premier ministre, sur la prévention même si des médicaments et intrants médicaux ont été déjà acheminés vers les régions concernées.

Nouvelles orientations. Sur le plan économique, l'Exécutif préfère prendre du temps pour accoucher d'un plan « bien ficelé » pour remettre l'économie sur pied. Le chef du gouvernement a réitéré hier que le projet de « plan multisectoriel d'urgence » est en cours de préparation. C'est la raison pour laquelle le projet de loi de finances rectificative 2020 accuse un retard, selon Christian Ntsay, pour être transmis au niveau des deux chambres. Car dans ce document budgétaire, toujours selon ce dernier, l'urgence est tenue en compte pour définir les nouvelles orientations de l'Etat afin de redresser la situation. Et « compte tenu de la conjoncture qui prévaut, on a besoin de reconsidérer tous les paramétrages et les cadrages macroéconomiques initialement définis », a-t-il lâché devant les sénateurs.

Ce fameux plan de relance économique, maintes fois réclamé par le sénat mais visiblement bien moins maîtrisé par les sénateurs, eu égard à leur détachement au sujet hier, devrait alors voir le jour d'ici peu. Le projet de loi de finances rectificative devrait arriver au parlement « au moins la fin de cette semaine », rassure Christian Ntsay. Et ce plan, qui doit naître un jour, fixera, à cet effet, le sort de l'économie du pays dévastée par la crise.

Dégression. La chambre haute a reconnu les efforts de l'Exécutif dans le cadre de la crise sanitaire actuelle. Le président de la République, Andry Rajoelina, a réitéré dimanche dernier, que « la pandémie est maîtrisée » au pays. Une appréciation qui n'a pas été contredite par les sénateurs. Les efforts déployés ont porté leurs fruits et le pays a brillé, estime le chef de l'Etat, à l'instar des résultats « encourageants » réalisés dans la Haute Matsiatra.

Cette région a, en effet, reçu les félicitations du président de la République compte tenu des chiffres qui y sont relativement bas et en dégression, concernant toujours l'évolution de la pandémie de Covid-19. Le ministre de l'Intérieur et de la décentralisation, quant à lui, qui mène la lutte anti-covid-19 au niveau du centre de commandement opérationnel, a exprimé son satisfecit, lundi dernier, face à la prise de responsabilité exemplaire de tous les responsables étatiques à tous les niveaux pour faire respecter les normes sanitaires et la distanciation sociale. « Tous les responsables, qu'ils soient élus ou nommés, à l'échelle nationale, ont tous fait montre d'abnégation et de détermination pour lutter contre la propagation de la pandémie au pays », a affirmé Tianarivelo Razafimahefa, lundi, lors de l'émission quotidienne dédiée à la crise sur la chaîne nationale.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.