Madagascar: Football - « Il faut que chacun joue son rôle », dixit Fanja Andriamampandry

interview

Fanja est contre les manipulations sur le choix du futur équimentier des Barea.

Elle est connue pour son franc-parler. Fanja alias Ketaka est une ancienne dirigeante de club de football à Ampefy. Elle était membre de la commission football féminin au sein de la fédération malgache de football, de 2010 à 2012, ce qui lui a permis de rencontrer les grands noms du ballon rond mondial, dont le président de la FIFA, Joseph Blatter, lors de son passage à Madagascar. Fanja milite pour le respect des règles et de la transparence dans la gestion du football, surtout dans le cadre de la situation à laquelle la FMF fait face actuellement. Interview.

Nous avons remarqué que vous avez tiré sur la sonnette d'alarme face à la relance de l'appel d'offres concernant le futur équimentier des Barea ?

« Oui. Je suis étonnée d'avoir vu que le comité exécutif (CE) de la fédération malgache de football (FMF) a tenu une réunion la semaine dernière. Même si le président de la FMF n'est pas au pays, il reste encore le patron du football malgache jusqu'à preuve du contraire, et demeure le seul à habilité à convoquer une réunion du CE. Une des décisions prises lors de la réunion du CE est de relancer l'appel d'offres pour le futur équipementier des Barea. Ces 8 membres du CE n'ont pas le droit de remettre en question ce processus déjà entamé et qui a déjà reçu l'aval de la FIFA. Cette dernière qui est le financeur de ce projet d'équipementier pour toutes les équipes nationales de football malgache. Relancer un nouvel appel d'offres ne tient pas la route et surtout ne respecte pas le cadre juridique. Je suis contre cette tentative qui a pour objectif de privilégier une marque en particulier ».

En critiquant les membres du CE de la FMF sur cette décision de relancer l'appel d'offres pour le futur équipementier, vous avez peut-être un penchant pour les 5 soumissionnaires ? Vous êtes devenue aussi l'avocate du président de la FMF ?

« Je n'ai aucune marque à soutenir, mais je milite pour le bien du football malgache et le respect des règles. Et comme c'est la FIFA qui finance ce projet d'équipementier, un problème interne au sein de la FMF pourrait priver les équipes nationales de ce financement. Je ne suis pas l'avocate de Raoul Arizaka Rabekoto, le président de la FMF, mais je défends l'institution qu'est la fédération. Il y a un règlement intérieur et un statut qui régissent la fédération et il faut les respecter ».

Actuellement, on constate que tout le monde est devenu un spécialiste du football, et surtout des Barea. Comment vous trouvez cet engouement ?

« Oui, depuis que les Barea se sont qualifiés pour la Coupe d'Afrique des Nations, les Malgaches commencent à s'intéresser au football. La question qui tourne autour des Barea est devenue un sujet sensible pour les férus de football. Pourtant, il faut que les fans restent des supporteurs sans se mêler des affaires de la fédération. Pareil pour le coach et les joueurs. Il faut que chacun joue son rôle ».

Ancienne dirigeante de club à Madagascar, êtes-vous toujours active dans le monde du football ?

« Le football, c'est plus qu'une passion. Je reste active dans le domaine du football, même ici loin du pays. De 2008 à 2012, j'étais présidente du club Orimbaton'Ampefy (OBA), et de 2010 à 2012, j'étais membre de la commission football féminin au sein de la fédération malgache de football avec Patricia Rajeriarison. Je suis toujours présente aux rendez-vous footballistiques malgaches ici en France comme la Rencontre Nationale Sportive (RNS), le Tournoi de football DOM TOM Cup où Madagascar est invité. Et surtout, je ne rate pas les matchs amicaux des Barea comme ce fut le cas lors des rencontres face aux Comores et au Luxembourg ».

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.