Madagascar: « Sound design » - Léo Doboka remporte son premier prix

Le prix d'excellence pour le sound design à été attribué à Léo Doboka, fils du musicien et ami de Berikely, Eric Doboka.

Pour la première fois, il est récompensé en mai 2020 par le Twilight Tokyo Film Festival, pour son travail sonore sur le court-métrage « Fracas » réalisé par Rémi Rappe, lui aussi récompensé par le premier prix. Twilight Tokyo Festival est un évènement international uniquement en ligne dont les compétitions se font tous les six mois. Basée à Tokyo, l'équipe de Léo Doboka a reçu le résultat par mail.

Le projet pour lequel il a eu le prix a été tourné en 2018 en Guyane, sur les îles du salut près de Kourou. Le tournage a duré quatre jours. Léo Doboka a été sur place. Il a travaillé uniquement sur le montage et le mixage sonore du film pendant une semaine en studio. «J'ai créé l'ambiance sonore à l'aide de banque de son et de bruitage. Il fallait créer une ambiance mystérieuse et inquiétante ». Avec Rémi Rappe, le réalisateur, Léo Doboka a essayé de faire surgir l'âme de ces îles à travers le son. « Il fallait mêler le passé sombre des îles où gisaient les bagnes avec leur présent, où le décollage des fusées est orchestré ».

En outre, le film met en avant la nature qui reprend ses droits sur les îles du salut où les singes, les paons, les insectes vadrouillent au milieu des bagnes abandonnés, repris par la végétation. Non loin, une présence humaine affole les animaux, le lieu de décollage des fusées à Kourou est à quelques kilomètres.

Né en 1994 d'une mère française, agent de voyages, et d'un père franco-malgache musicien, Léo Doboka-Sauvage a beaucoup voyagé dès son plus jeune âge. A deux ans, il part en famille à Madagascar pour célébrer le mariage de ses parents.

C'est au cours de ces excursions que Léo trouve une passion pour les animaux et la nature qui les abrite. Également bercé par la musique, il développe une oreille attentive aux détails sonores. C'est le mélange de ces deux attraits qui le mène à faire des études d'ingénieur du son. Il découvre ensuite l'IFFCAM, l'unique école de réalisation de documentaires animaliers en France. Il y réalise ses premiers films sur la nature : « La mesure de la Terre », qui sera diffusé par la suite sur France 3, et « Daisyworld ».

Ce diplôme et les rencontres au sein de l'école influencent la suite de sa carrière ainsi que le choix de ses projets. Désormais ingénieur du son, compositeur et réalisateur, il travaille essentiellement sur des réalisations en lien avec la nature ou la musique. Il travaille dans un premier temps sur le film « Echilibru » qui traite des ours de Roumanie et de leur rapport avec les hommes. Le film rencontre un grand succès auprès des festivals de films où il y est maintes fois récompensé.

Il s'engage ensuite en tant que compositeur et ingénieur du son sur le film « Le Syndrome du Bernard L'Hermite ». L'aventure le mène à bord d'un voilier aux Bahamas pour déceler les trésors de la vie marine autour des épaves. Il rencontre, lors du tournage, Typhaine Szelangiewicz, la co-réalisatrice, également diplômée de l'IFFCAM. Aujourd'hui, sa compagne et lui travaillent ensemble sur plusieurs projets autour de la mer. Ils font la rencontre du célèbre navigateur Yvan Bourgnon, et réalisent un film sur le Passage du Nord-Ouest du marin. De son côté, Léo réalise les clips musicaux pour les groupes de son père musicien, Eric Doboka. D'abord « Tue-Loup », puis « Marshmallow », et aussi Berikely, chanteur malagasy. Avec ses multiples casquettes, Léo vogue au gré des projets qui le font vibrer.

Fils de l'ami de Berikely, le chanteur malagasy, Léo Doboka envisage de faire un documentaire sur la potentielle tournée de Berikely à Madagascar. Le film se centrera également sur son père, Eric Doboka, et le retour aux sources de ce dernier à travers la musique. Ce sera un film musical sur la redécouverte des racines enfouies d'un homme.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.