Burkina Faso: Gestion de la COVID-19 - Le comité national opère des réajustements

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a présidé, le mardi 2 juin 2020 à Ouagadougou, la troisième réunion statutaire du comité national de gestion de la pandémie de la COVID-19.

Le comité national de gestion de la pandémie de la COVID-19 entend apporter des réajustements sur le plan des actions de lutte pour être en phase avec l'évolution de la maladie.

C'est pourquoi, au cours de sa troisième réunion statutaire tenue, le mardi 2 juin 2020, les membres composés de ministres, des partenaires techniques et financiers, des acteurs du secteur privé de la santé, des responsables des collectivités locales et d'Organisations de la société civile (OSC) ont passé en revue les actions déjà exécutées.

Elle a permis en outre de revoir la période sur laquelle, ce plan d'actions sera développé. « Nous savions tous que nous allons vivre avec la COVID-19 pendant un certain temps. Sur une prévision de trois mois, nous sommes aujourd'hui à six mois.

Cela nécessite que nous puissions ajuster un nombre d'éléments de réponse à la fois au niveau sanitaire, au niveau d'accompagnement des collectivités locales mais au niveau de la communication », a indiqué le ministre de la Communication, Rémis Fulgance Dandjinou.

Pour le ministre de la Communication, Rémis Fulgance Dandjinou, l'allègement des mesures restrictives est nécessaire.

Car, a-t-il reconnu, il y a des efforts à faire au niveau de la communication autour de la crise. Car, c'est l'un des défauts qui a été reproché au gouvernement, a relevé le ministre Dandijnou.

Et de poursuivre que dans la même dynamique, des efforts sont à faire dans l'accompagnement au niveau sanitaire, dans la mise en œuvre des plans régionaux de gestion ainsi que dans les infrastructures. « La COVID-19 est là, mais nous pourrions avoir à faire face à d'autres épidémies au niveau mondial.

Cette situation d'aujourd'hui nous évitera de tomber dans les errements que nous avons connus en début de cette pandémie », a-t-il dit. Tous les éléments de réponse, a-t-il rassuré, sont mis en œuvre en synergie avec un comité exécutif et des cadres sectoriels.

S'agissant de l'allègement progressif des mesures restrictives, le ministre a indiqué que cela est dû à l'évolution rassurante de la maladie et à l'engagement du corps médical, qui a permis de restreindre la propagation de la maladie dans l'ensemble du pays.

« Aujourd'hui, quand vous regardez, les foyers de transmission restants sont limités. Seulement, il faut que nous gardions les bons réflexes, les bonnes attitudes.

L'allègement de certaines restrictions est nécessaire, car nous avons une attitude qui est celle d'apprendre à vivre avec la COVID-19 », a-t-il laissé entendre.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.