Ile Maurice: Vols vers Rodrigues - 36 passagers embarquent

Ils étaient coincés à Maurice pendant tout le temps du confinement. 36 passagers peuvent enfin regagner leur île. Ils ont embarqué à bord d'un vol à destination de Rodrigues peu avant midi ce mercredi 3 juin.

Le vol de retour, prévu à 15 h 40, va pour sa part rapatrier 64 passagers. Toutefois, les vols commerciaux vers Rodrigues ne reprendront qu'à la fin de ce mois.

En ce qui concerne le rapatriement général des Mauriciens se trouvant à l'étranger, les autorités comptent d'abord de revoir la façon de procéder pour le dépistage du Covid-19. Les nombreux croisiéristes, bloqués dans une centaine de ports, vont également bénéficier d'un protocole taillé sur mesure...

Jusqu'ici les Mauriciens à l'étranger devaient avoir recours à un test PCR au moins 5 jours avant d'embarquer. Ils étaient autorisés à monter dans l'avion uniquement si les résultats étaient négatifs. Lors des deux semaines de quarantaine, d'autres dépistages n'étaient pas faits de façon régulière. Ce n'est qu'au moment de quitter le centre qu'un «exit testing» était entrepris.

Désormais, outre le dépistage qui reste inchangé avant l'embarquement, tout Mauricien rapatrié sera testé une nouvelle fois dès son arrivée. En outre, un autre examen PCR sera effectué après une semaine et le dépistage final sera fait au moment de quitter le centre de quarantaine.

Un nouveau programme est en cours de finalisation pour les croisiéristes retenus dans des bateaux. Le nombre passe désormais de 1 760 à 2 300. Pourquoi un protocole différent pour ces Mauriciens ? Selon les Affaires étrangères, de par leur contrat de travail, c'est aux armateurs de s'assurer que ces fils et filles du sol regagnent leur pays, et de leur fournir un encadrement approprié, que ce soit en termes de soins médicaux, d'hébergement ou de nourriture. Le gouvernement peaufine la mise en place d'un cordon sanitaire, du bateau de croisière jusqu'aux centres de quarantaine, en passant par l'avion, pour ces personnes.

Leur retour sera fait à travers des vols spéciaux, aux frais des armateurs. Ces derniers ont d'ailleurs accepté de prendre en charge une partie des coûts liés à la quarantaine. Ce protocole a été décidé avec d'autres stakeholders, tels que le ministre du Travail, Soodesh Callichurn, et des représentants de compagnies de croisières lors d'une session de travail aux Affaires étrangères mercredi.

Aux Affaires étrangères, l'on explique que les Mauriciens bloqués à l'étranger se situent dans trois catégories : ceux qui sont «stranded», c'est-à-dire, qui entamaient leur retour au pays mais qui ont dû faire face à la fermeture des frontières, ceux qui ont choisi de rentrer à l'annonce de la pandémie et les croisiéristes. D'où un protocole de rapatriement spécial créé à l'intention de cette dernière catégorie. En accord avec les recommandations du Bureau du Premier ministre et en prenant en considération la capacité de traitement, voire celle des centres de quarantaine de Maurice, autour de 300 compatriotes pourront être ramenés chaque semaine.

En ce qui concerne les Mauriciens «stranded» et ceux qui souhaitent rentrer pour diverses raisons, les vols continuent. Après Chennai, dont les passagers sont arrivés mercredi, Air Mauritius mettra le cap le 7 juin sur Perth, en Australie, et vers le 14 juin sur Madagascar, et devrait ramener pas plus de 150 personnes chacun. Un autre vol est prévu sur La Réunion.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.