Cameroun: COVID-19, un ennemi commun

Les formations politiques ont fait de la lutte contre la pandémie une cause nationale.

Depuis le 17 mars dernier, les manifestations publiques de plus de 50 personnes sont interdites. Un dispositif de riposte contre la Covid-19 auquel s'accommode depuis plus de deux mois déjà les formations politiques. D'aucuns ont pensé que l'absence de meetings, d'enjeux électoraux constituaient un motif d'hibernation. Que nenni ! au sein du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), il n'est nullement question de ralentissement dans ses activités.

Du côté de sa diaspora, avec le déconfinement qui a cours sur le vieux continent, la section Rdpc d'Italie annonce la tenue prochaine de sa conférence de section. Conformément aux directives de la hiérarchie du parti, toutes les structures du parti majoritaire orientent les canaux de mobilisation pour l'éducation et la sensibilisation des militants sur la pandémie. Militantes et militants se sont engagés à respecter les mesures gouvernementales de lutte contre le coronavirus.

Cela s'est encore vérifié lundi dernier à l'occasion du retour des élèves et étudiants dans les salles de classe et les amphithéâtres. Élus et forces vives du Rdpc se sont impliqués pour un retour serein des cours à travers la distribution des kits sanitaires et d'hygiène aux communautés éducatives sur l'ensemble du territoire. Des actions qui font du Rdpc « le parti leader dans la riposte » comme cela se dit à son siège près du lac municipal de Yaoundé.

Au sein de l'Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp), le combat de l'heure est mené contre la Covid-19. A son siège sis au quartier Etoa Meki à Yaoundé, il n'est pas envisagé une quelconque surenchère encore moins une récupération politicienne de cette lutte. Selon Maïdadi Seydou, membre du bureau politique, secrétaire national à la communication et à la formation, « les cellules actives sur le terrain sont celles des arrondissements où les municipales vont être reprises ».

Aussi, les maires et députés Undp sont-ils à pied d'œuvre sur le terrain à travers des tournées de sensibilisation et de distribution des kits sanitaires de protection. « Les différents fora du parti au niveau départemental au niveau national maintiennent les militants en état d'éveil permanent » ajoute-t-il. Au Parti camerounais pour la réconciliation nationale (Pcrn), contexte oblige, on reconnaît qu'il n'est pas évident de se déployer comme cela se faisait en début d'année. Les activités de sensibilisation sont suspendues pour le moment, nous renseigne Landry Balla, secrétaire permanent du Pcrn. Toutefois, les parlementaires du parti écument leurs circonscriptions en distribuant sans étiquetage politique de masques, seaux et désinfectants. Comme ce fut le cas le weekend dernier à Lolodorf. Des descentes similaires sont prévues dans les prochains jours .

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.