Congo-Kinshasa: L'Udps prise à son propre piège ?

Dans ma vie de journaliste au début des années 1990, j'ai eu à couvrir les événements du Zaïre de l'époque, lorsque le vent de la démocratisation soufflait sur le continent africain.

L'Udps, Parti d'opposition, a fondé sa lutte politique sur l'arme redoutable de la paralysie de l'économie impliquant l'industrie, le commerce, la monnaie et les finances.

Sa politique de non-violence, elle l'a circonscrite dans le non recours à la voie armée. Il l'a substituée à celle de la crise économique impactant directement la crise sociale : grèves sauvages sous couvert des journées villes mortes, thésaurisation de la monnaie nationale, appel à la suspension de la coopération structurelle, appel à l'isolement diplomatique, soutien ouvert à des rapports des ONG des droits de l'homme au détriment des autorités en place, incitation des combattants à rendre le pays ingouvernable avec pour finalité la détérioration continue du climat des affaires.

L'Udps/Parti d'opposition a adopté une forme de lutte politique ayant consisté à tirer tout par le bas, comme si sa vocation était de rester éternellement à l'opposition. Et d'ailleurs, la base ne s'est toujours pas réalisée que leur Parti est désormais au pouvoir.

Ces quelques exemples parlent : en 1993, le parti décide de saboter la réforme monétaire initiée par un de ses cadres devenu Premier ministre sous Mobutu au détriment d'Etienne Tshisekedi : Faustin Birindwa. A peine lancé, le Nouveau Zaïre sombre.

En 1998, Laurent Désiré Kabila lance le Franc congolais. L'Udps participe au sabotage. En 2016 et en 2017, ce parti tourne en dérision les Premiers ministres issus de ses rangs, en l'occurrence Samy Badibanga et Bruno Tshibala. Sous le premier, le dollar va de 9000 Francs à 1.350 Francs. Sous le second, il atteint la barre de 1.720 FC.

Effet boomerang ?

A la date du 25 janvier 2019, lorsque Joseph Kabila quitte le Palais de la Nation après la cérémonie de remise-reprise avec son successeur Félix Tshisekedi, le dollar s'échange autour de 1.640 franc congolais avant de chuter brusquement à 1.300FC, puis de se livrer à cette étrange remontada l'amenant à frôler, 16 mois après, 1.900FC ! Dans le contexte politique, économique et social actuel, peu sont les chances d'une appréciation pouvant le ramener à son niveau de janvier 2019. Au contraire, le cap de 2.000 francs pour 1 USD sera bientôt atteint. Voire dépassé.

Cela aura comme conséquence, la perte du pouvoir d'achat dans un pays où tout est coté en dollars US, du prix des denrées alimentaires au loyer locatif en passant par le transport en commun. Il y a lieu de craindre que la rentrée scolaire de Septembre ne se fasse dans la douleur comme jamais auparavant.

Ironie du sort : à la base de la dollarisation de l'économie nationale depuis les années 1990, le pouvoir assiste aujourd'hui, impuissant à la dépréciation continue du dollar.

Ainsi, longtemps manipulé par l'Udps/Opposition, le roi dollar se venge de l'Udps/ Pouvoir au grand dam de la population.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.